24/02/2018 14:15
La musique est souvent indissociable de plusieurs formes artistiques tels que le cinéma, le théâtre et surtout la danse. Elle est en effet considérée comme étant le socle de la création d’œuvres chorégraphiques.
>>La danse folklorique, un art ancré dans la culture vietnamienne
>>Des danseurs américains et vietnamiens se donnent en spectacle
>>La danse contemporaine en invitée d’honneur

La musique est l’âme de la danse.
Photo : Minh Duc/VNA/CVN

L’"Artiste Émérite" Manh Tiên, qui se consacre à la musique depuis dix ans, fait savoir que les formes de danse sont aujourd’hui très variées. Le langage du corps demeure primordial dans la danse. Les mouvements effectués par les mains, les pieds, accompagnés d’une présence significative des yeux et de la bouche, sont nombreux. Le langage du corps constitue la voix de la danse.

La musique est, quant à elle, un outil permettant à cette voix d’aller plus loin, plus profondément. La musique est l’âme de la danse. Elles n’ont jamais de cesse de se nourrir l’une l’autre. Les danseurs, eux, se spécialisent dans différentes formes. Il y a ceux qui excellent dans la musique d’opéra, d’autres dans le ballet, certains dans le folklore ou encore dans la musique contemporaine.

Un outil pour reconstruire l’espace

La musique de danse a des traits similaires à une œuvre musicale quelconque. Cependant, elle contient également des caractéristiques très différentes. En effet, elle est souvent hautement symbolique. C’est comme un outil nécessaire pour reconstruire l’espace exprimé par la danse. Elle doit également contenir la dimension “dramatique” en elle. Quand la musique fait bien son travail et arrive à reconstruire l’espace, et à exprimer avec justesse les émotions portées par la danse, alors les danseurs seront soutenus et sublimés. 

"La structure de la musique de danse est très recherchée, les compositeurs qualifiés parviennent à créer des œuvres musicales indépendantes à cet effet. Ainsi, en écrivant de la musique pour la danse, il est nécessaire d’avoir une bonne compréhension de la danse, d’en saisir l’essence, afin d’accomplir le rôle de reconstruction de l’espace de celle-ci", commente l’artiste Manh Tiên.

Une danse traditionnelle de l’ethnie Khmer.
Photo : An Hiêu/VNA/CVN

Auparavant, les gens exécutaient des chorégraphies dans un premier temps et invitaient ensuite des compositeurs  à faire de la musique. De cette façon, celle-ci était étroitement utilisée avec la structure de la danse mais le travail était fait de manière séparée.

Aujourd’hui, la majorité de la partition musicale est aussi discutée par les chorégraphes. Ces derniers travaillent donc de paire avec les musiciens afin d’aboutir, ensemble, au travail chorégraphique final. Ce faisant, la musique aboutie permet davantage au chorégraphe de s’épanouir artistiquement parlant.

L’utilisation de matériel folklorique

L’utilisation de matériel folklorique dans la danse en général ou dans la musique de danse en particulier n’est pas chose nouvelle. En effet, la musique folklorique est comme ce compagnon de route, considérée comme “l’âme” de la danse folklorique contemporaine. Les instruments à cordes, la flûte, le monocorde… sont utilisés dans la danse folklorique contemporaine depuis la fin du XXe siècle.

C’est l’utilisation de matériel folklorique dans la danse qui a ainsi abouti à la création de la danse contemporaine. Au tout début du XXIe siècle, la danse contemporaine a largement été introduite dans la vie culturelle des Vietnamiens par des chorégraphes étrangers venus de France, d’Australie, de Suède et du Royaume-Unis notamment. C’est à travers les programmes d’échange internationaux que les danseurs vietnamiens ont pu s’inspirer des techniques de danse contemporaine de l’étranger, leur permettant ainsi de les combiner dans leur danse folklorique. C’est ainsi que naît, dans les années 2000, la danse folklorique contemporaine vietnamienne qui amène les artistes à pouvoir exprimer leurs émotions à travers leurs mouvements.

Aujourd’hui, dans un contexte où les programmes de télévision se développent de plus en plus et où les réseaux sociaux et Internet sont en plein essor, les spectateurs ont plus de chance de connaître cette forme artistique originale qu’auparavant.

Les caractéristiques marquantes de la musique utilisant du matériel folklorique consiste en trois points fondamentaux, à savoir la dramatique, le rythme et les chapitres. Passionné par la musique folklorique, Manh Tiên estime : "Nous avons la chance de vivre dans un pays possédant 54 ethnies. Chacune est dotée d’un trésor culturel, et musical en particulier. Il s’agit vraiment d’un joyau de la musique traditionnelle pour les compositeurs comme moi !".

Cependant, il a également insisté sur le respect total de l’identité de chaque ethnie. Les compositeurs doivent, en effet, avoir une attitude sérieuse vis-à-vis de l’Histoire afin de situer correctement l’œuvre que l’on souhaite conter.

La musique folklorique est une source d’inspiration et de pensée esthétique pour les chorégraphes qui peuvent s’en inspirer pour diversifier et enrichir le langage de leurs œuvres. Mais pour réussir, il est nécessaire de comprendre chaque tradition avant de pouvoir l’exploiter dans une nouvelle création.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Festival de couleurs dans la vallée des fleurs de Bac Hà La vallée des fleurs de Bac Hà située dans le hameau de San Bay, district de Bac Hà, province de Lào Cai (Nord-Ouest) est considérée comme une des destinations les plus attrayantes de la région.