01/01/2019 15:19
La République populaire démocratique de Corée (RPDC) pourrait envisager de changer d'attitude si les États-Unis maintiennent leurs sanctions liées à son dossier nucléaire, a déclaré mardi 1er janvier 2019 le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un dans son discours de Nouvel An.

>>La présidence sud-coréenne discute de la mise en œuvre des accords intercoréens
>>La R. de Corée confirme le démantèlement de 11 postes de garde de la RPDC

Depuis le sommet historique en juin à Singapour entre les dirigeants nord-coréen Kim Jong Un (gauche) et américain Donald Trump, les relations entre les deux pays patinent. Photo: AFP/VNA/CVN

Son avertissement intervient après douze mois de rapprochement diplomatique entre Pyongyang et Washington. "Si les États-Unis ne tiennent pas la promesse qu'ils ont faite devant le monde entier, nous pourrions ne pas avoir d'autre choix que d'envisager une nouvelle manière de sauvegarder notre souveraineté et nos intérêts", a averti M. Kim dans son discours retransmis par la télévision d'État nord-coréenne.

M. Kim se référait à son sommet historique avec le président des États-Unis Donald Trump en juin dernier à Singapour, lors duquel le numéro un nord-coréen avait dit avoir eu "des discussions fructueuses" avec M. Trump et avoir "échangé des idées constructives" avec lui.

Lors de ce sommet, les deux dirigeants avaient signé un accord rédigé en termes vagues portant sur une future dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne. Mais peu de progrès ont été enregistrés depuis et les deux capitales ne sont pas d'accord sur la signification précise du texte.

La RPDC est sous le coup de nombreuses sanctions internationales, dont des sanctions imposées par le Conseil de sécurité de l'ONU en raison de ses programmes d'armes nucléaires et de missiles balistiques.

Dans le cadre de ces programmes menés en violation de résolutions de l'ONU, la RPDC a effectué six essais nucléaires et développé et testé des missiles balistiques qui selon des experts seraient capables d'atteindre l'ensemble du territoire continental des États-Unis.

"Je suis prêt à tout moment à m'asseoir de nouveau (à la table de négociations, ndlr) avec le président des États-Unis et je ferai tous les efforts possibles pour produire un résultat qui sera salué par la communauté internationale", a déclaré M. Kim dans son discours. Mais les États-Unis et la République de Corée ne devraient plus effectuer de manœuvres militaires communes, qui sont "une source de tension", a ajouté M.Kim.

L'ampleur de ces manœuvres a été largement réduite depuis le sommet de Singapour. "Des équipements liés à la guerre - y compris des éléments stratégiques venant de puissances extérieures - ne devraient plus être autorisées à être introduites" dans la péninsule, a dit M. Kim. 

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Excursion dans le village des marionnettes sur l’eau de Dào Thuc