02/07/2021 22:50
Le bureau présidentiel a tenu vendredi 2 juillet à Hanoï une conférence de presse pour annoncer la décision du président de l'État d'amnistier les prisonniers en 2021, à l'occasion de la Fête nationale (2 septembre).
>>Le président vietnamien publie la décision d’amnistie 2016
>>Le vice-PM Nguyên Xuân Phuc demande d’aider les graciés

Lors de la conférence de presse.
Photo : BQT/CVN

Les bénéficiaires incluront ceux qui purgent leurs peines de prison à durée déterminée, ceux qui ont des peines à perpétuité réduites et ceux qui ont des peines avec sursis.

Ils doivent faire preuve de bonne conduite, purger au moins la moitié de leurs peines à durée déterminée et au moins 15 ans pour ceux qui voient leur peine à perpétuité réduite en peines à durée déterminée.

Selon le général de brigade Lê Quôc Hung, vice-ministre de la Police, cette amnistie est mise en œuvre de manière ouverte, démocratique, soutenue, objective et transparente conformément à la loi.

Pour l’heure, il y a environ 600 détenus de 28 nationalités étrangères et un certain nombre de nationalités non identifiées. Le processus d'examen doit également garantir qu'il n'y a absolument aucune discrimination entre les détenus vietnamiens et étrangers s'ils satisfont aux exigences.

Selon le vice-ministre Lê Quôc Hung, plus de 100.000 détenus purgent leur peine en détention à travers le pays.

L’Assemblée nationale vietnamienne a adopté la loi sur l’amnistie en 2007. En application de celle-ci, le président du Vietnam a décrété ces derniers temps nombre d’amnisties, libérant avant terme les condamnés ou commuant la perpétuité de certains à l’occasion de grands événements et de grandes fêtes du pays ou lors de cas particuliers.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.