05/07/2019 16:29
Il a tout de la bonne affaire pour le Paris SG. Le milieu défensif Ander Herrera, seconde recrue estivale, renforce jeudi 4 juillet un secteur qui a fait souffrir la saison passée son nouveau club, lancé dans un grand chantier cet été. En plus, l'Espagnol arrive libre de Manchester United!
>>Paris SG: Alves s'en va, bientôt suivi par Neymar?
>>Neymar, Mbappé, Pogba, "Grizou": pièces du puzzle d'un mercato fou

Le milieu espagnol Ander Herrera, en fin de contrat avec Manchester United, s'est engagé pour cinq ans avec le PSG (ici le 5 mai face à Huddersfield).
Photo: AFP/VNA/CVN

Passé par le Real Saragosse et l'Athletic Bilbao, avant de franchir un cap chez les "Red Devils", l'international espagnol (2 sélections) de 29 ans s'est lié "jusqu'au 30 juin 2024" au PSG, a précisé ce dernier.

Après le recrutement de Pablo Sarabia mardi 2 juillet pour renforcer le milieu de terrain, le PSG a saisi cette opportunité pour compenser le départ d'Adrien Rabiot, parti libre à la Juventus Turin après sa brouille - autour de sa non-prolongation - avec les dirigeants parisiens.

Le club de la capitale a souffert du manque de solution à son poste, où les absences répétées de Marco Verratti ont aussi contraint à utiliser des joueurs à contre-emploi, notamment Marquinhos et Dani Alves (qui a quitté le PSG), avec plus ou moins de réussite.

Quand les médias lui avaient évoqué au printemps la rumeur Antoine Griezmann, l'entraîneur Thomas Tuchel avait rappelé sa priorité: "On a besoin de joueurs défensifs. On doit commencer avec ça!".

Élève de Bielsa 

L'entraîneur du PSG Thomas Tuchel a martelé toute la seconde partie de saison qu'il souhaitait deux milieux supplémentaires, ici le 10 décembre 2018 en conférence de presse à Belgrade.
Photo: AFP/VNA/CVN

Herrera n'a pas la popularité de "Grizou" ni son palmarès, mais sa venue n'est pas moins vitale pour le PSG et son coach allemand, qui réclamait deux milieux défensifs depuis le début du mercato d'hiver. Après le très onéreux - 47 millions d'euros - et pas toujours convaincant Leandro Paredes, arrivé fin janvier, le voilà servi!

Formé à Saragosse, coaché par Marcelo Bielsa à Bilbao, Herrera assurait ce rôle à Manchester United depuis 2014, soit 189 matches durant lesquels il est devenu l'un des chouchous d'Old Trafford. Il a notamment été la sentinelle dans le onze qui a remporté la finale de la Ligue Europa 2017.

Sa qualité de passe et son implication dans les tâches de l'ombre lui ont permis de faire une place, malgré ses maigres statistiques (20 buts en tout à Manchester) et son manque de puissance physique dans un Championnat réputé pour être le plus dur.

Les blessures ne l'ont pas non plus épargné la saison dernière, lui faisant rater une dizaine de matches dont le 8e de finale retour homérique de Ligue des champions au Parc des princes (3-1).

"Je vous promets trois choses : travail, professionnalisme et passion", affirme-t-il dans le communiqué officialisant son arrivée à Paris.

"Il court beaucoup" 

"Il court beaucoup. Il récupère bien la balle et joue simple", l'a décrit son manager Ole Gunnar Solskjaer en janvier. "Il fait aussi de bonnes courses vers le but adverse, et ne va jamais s'arrêter de le faire, même si c'est plutôt le boulot de Paul Pogba. J'ai toujours aimé le voir jouer."

"Il a tout techniquement et est très fort tactiquement. Il court beaucoup aussi! Il a tout ce qu'un milieu doit avoir", a expliqué son coéquipier Nemanja Matic, cité par le site de United.

Son potentiel s'est exprimé très tôt: il a fait partie de la sélection d'Espagne vainqueur de l'Euro-2011 Espoirs, marquant un but en finale. Mais la concurrence d'une génération exceptionnelle à son poste lui a barré la route de la Roja, dont il n'a porté le maillot que lors de deux bouts de match en 2016 et 2017.

Avec Herrera, ManU n'a pas réussi à retrouver le faste des années Ferguson. "J'ai gagné plusieurs titres mais le Championnat est quelque chose que je voulais gagner", a regretté l'Espagnol, qui se consolera avec une C3, une Coupe de la Ligue (2017), une Coupe d'Angleterre (2016), et un Community Shield (2016).

À Paris, il aura certainement moins de mal à remporter la Ligue 1, d'autant que son profil vient colmater une faiblesse de sa nouvelle équipe. Reste à savoir s'il aura toujours Neymar, le feuilleton de l'été, comme coéquipier l'an prochain...

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

La fête des ethnies de la région du Nord-Ouest ouverte à Son La La 14e Fête culturelle des ethnies de la région du Nord-Ouest a débuté ce dimanche 18 août dans la ville de Son La, province éponyme (Nord-Ouest).