09/06/2022 16:22
Internet a explosé, les enfants sont quotidiennement exposés au cyberespace dès leur plus jeune âge. Sans les compétences nécessaires pour se protéger, de nombreux enfants ont été victimes de violences et d'insultes en ligne. Par conséquent, les doter de compétences numériques est la mesure la plus efficace pour assurer leur sécurité.
>>Le droit à l’éducation des enfants, une des priorités du Vietnam
>>Lancement d'un site web pour protéger les enfants dans le cyberespace
>>Lutte contre les désinformations : le Vietnam partage ses expériences

Les enfants sont quotidiennement exposés au cyberespace dès leur plus jeune âge.
Photo : VNA/CVN

Un rapport du Département chargé des enfants (ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales), un des membres du Réseau de sauvetage et de protection de l'enfance sur Internet, montre qu'au premier trimestre 2022, le Service national d'accueil téléphonique pour la protection de l'enfance 111 a reçu plus de 202.000 appels et consulté environ 10.600 cas (soit une augmentation de plus de 45% par rapport à la même période en 2021).

Les statistiques dudit Département montrent également qu'au cours des trois premiers mois de l'année, il y a eu 147 enfants maltraités, soit une augmentation de 30 enfants par rapport au premier trimestre 2021, dont des cas de violence, d'abus sexuels, d'enlèvements et de disparitions… Nguyên Thi Nga, directrice adjointe dudit département a déclaré : "Les cas de maltraitance d'enfants reçus par le centre d'appels 111 seront vérifiés et connectés aux autorités locales."

Une fille (qui souhaite reste anonyme) raconte être régulièrement harcelée par des numéros de téléphone étranges et que sa photo a été diffusée en groupe fermé sur la plateforme Telegram. En conséquent, "j'ai reçu d'innombrables messages avec des demandes de photos supplémentaires, de nombreux messages fabriqués, des commentaires obscènes et choquants. Au début, je pensais que supprimer les photos arrêterait tout, mais la réalité est que ces choses ne s'arrêtent pas, je me fais harceler tout le temps et ma vie est entièrement chamboulée", raconte-t-elle.

Ce n'est qu'un cas parmi tant d'autres de filles postant des photos sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram...) qui ont été volées par des personnes "anonymes" puis postées sur des groupes fermés, ou des sites web indécents. De nombreuses victimes sont alors interpellées, harcelées, voire abusées. En effet, nombreux sont celles et ceux qui ne savent pas qu'en fournissant trop d'informations sur Internet, les images personnelles sur les réseaux sociaux peuvent entraîner des conséquences négatives voire dangereuses pour soi-même.

L'expert en cyber sécurité Ngô Viêt Khôi a déclaré : "Plus vous utilisez les réseaux sociaux, plus les informations concernant vos préférences deviennent plus claires. Cette habitude crée une grande base de données de chaque individu. Ce sont des informations que les opérateurs des réseaux sociaux collectent chaque jour, chaque heure. Ces données sont ensuite analysées, traitées et jugées par la technologie de l'intelligence artificielle."

Comment faire pour signaler un abus

Dà Nang a lancé en avril dernier un site web et une application mobile de protection des enfants de cette ville du Centre.
Photo : VNA/CVN

Au cours de ces dernières années, Plan international au Vietnam (l'un des membres du Réseau de réponse et de protection des enfants sur Internet) a régulièrement reçu des plaintes concernant l'insécurité de l'information sur Internet. Parmi ces affaires figure le cas d'une fille dont non seulement les photos ont été "volées" et téléchargées dans des groupes fermés mais dont le numéro de téléphone a également été diffusé. 

Le Réseau de réponse et de protection des enfants sur Internet a récemment lancé le site web vn-cop.vn, avec de nombreuses fonctionnalités contribuant à assurer la sécurité des enfants en ligne. Le Département de la sécurité de l'information (ministère de l'Information et de la Communication) - l'agence de coordination dudit Réseau -, a testé les fonctionnalités "Outils" et "Signaler un abus". Avec la fonction "Outils", les utilisateurs n'ont qu'à saisir le lien du site web, puis soumettre une demande, ils peuvent ainsi vérifier si le site web est sans danger pour les enfants.

En ce qui concerne la fonctionnalité "Signaler un abus", s'il y a un cas de maltraitance d'enfants, ou d'actes de violence, de harcèlement, de fraude, de mauvais liens vers des sites Web, de groupes malveillants ou d'intimidation... alors n'importe qui (y compris les enfants) peut également soumettre un signalement. Avec l'application de la ligne de téléphone rouge du numéro 111, vn-cop.vn sera également l'une des adresses sûres, fournissant des outils et des logiciels utiles pour aider les enfants à participer à des interactions saines sur Internet.

Au cours des deux années touchées par l'épidémie de COVID-19, le nombre d'enfants au Vietnam disposant d'appareils connectés à Internet (tels que les ordinateurs, smartphones, iPad...) a augmenté de plus de 66%. Et de nombreux parents s'inquiètent lorsque leurs enfants rejoignent Internet. Ils ne peuvent pas savoir exactement ce que font leurs progénitures au sein de ce cyberespace. Par conséquent, en plus des outils de protection, les parents doivent également toujours accompagner leurs enfants sur Internet.

En tant que parents, il est naturel de vouloir protéger leurs enfants, mais nombreux sont ceux qui ignorent comment le faire correctement. La solution des experts en cyber sécurité est de doter les jeunes enfants de compétences nécessaires et de suffisamment d'informations pour qu'ils puissent identifier les risques et se battre eux-mêmes.

Un réseau de sécurité plus sûr et durable 

La directrice de l'Institut de recherche sur la gestion du développement durable MSD, Nguyên Phuong Linh, a déclaré : "L'éducation est considérée comme essentielle pour apporter une sorte de +vaccin numérique+ à cette génération. Ces +compétences numériques+ se basent sur un certain nombre de +S+. Le premier est Safe, ce qui signifie sûr ; le second est Smart, sagesse et intelligence lors de l'utilisation des réseaux sociaux ; le troisième est Super avec l'idée enfantine d'être comme un super héros, non seulement en se protégeant, mais aussi en ayant la capacité de soutenir et de protéger les autres sur Internet. C'est peut-être une attente un peu élevée pour la jeune génération, mais cela contribuera à la construction d'un réseau de sécurité plus sûr et durable."

Si les compétences numériques sont diffusées à tous les enfants et les enseignants, les enfants auront également la possibilité d'avoir accès aux technologies numériques pour créer des "résistances", et faire face à ces défis et risques rencontrés sur la toile. Sur cette base, le Vietnam doit disposer de programmes nationaux de formation d'enseignants qualifiés pour guider les enfants mais aussi aider les parents à accompagner leurs enfants dans les activités en ligne.

Actuellement, le Vietnam dispose d'un standard national de protection des enfants. Mais avec toujours de nouveaux problèmes survenant sur Internet, il est nécessaire de disposer d’unités plus spécialisées en la matière. L'utilisation à Internet est un droit de l'enfant, il est donc nécessaire de les doter de connaissances et d'expérience afin qu’ils puissent exploiter ce droit de manière raisonnable, sûre, légale et juste.

Xuân Lôc/CVN





 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï