22/05/2015 17:32
Un programme pour éradiquer le paludisme, qui fait actuellement 600.000 morts par an, au cours des 15 prochaines années a été adopté, a annoncé jeudi 21 mai l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

>>Le paludisme tue plus de 500.000 personnes par an

Les diplomates rassemblés à Genève pour assister à l'assemblée annuelle de la Santé, l'instance décisionnelle de l'OMS, ont entériné mercredi soir 20 mai un plan visant à réduire de 40% les cas de paludisme d'ici à l'an 2020 et de 90% d'ici à 2030, a indiqué l'OMS. 
 

Des moustiques infectés par le paludisme dans un laboratoire américain.
Photo : AFP/VNA/CVN


Le plan prévoit également l'éradication complète du paludisme dans au moins 35 nouveaux pays ces 15 prochaines années.

Pedro Alondo, responsable du programme mondial sur le paludisme à l'OMS, a déclaré que ces objectifs étaient "ambitieux mais réalisables", et qu'ils allaient "nous conduire tout près de l'éradication". "Il s'agit de la stratégie la plus ambitieuse tout en étant réaliste que le monde ait adoptée depuis le milieu du XXe siècle", a-t-il dit.

Chaque année, environ 200 millions de personnes contractent le paludisme, et 600.000 en meurent.

Les enfants de moins de cinq ans représentent les trois quarts de tous ces décès, dont 90% ont lieu en Afrique.

Il y a déjà eu de grands progrès dernièrement dans la lutte contre la maladie, avec une chute de 47% de la mortalité entre 2000 et 2013, selon de récents chiffres rendus publics par l'OMS.

M. Alonso a cependant reconnu qu'il restait encore beaucoup à faire, car environ 50% des foyers en Afrique ne sont pas équipés de moustiquaires, des équipements essentiels pour se protéger des moustiques qui transmettent le
paludisme par piqûre.

En outre, 60% des cas ne sont toujours pas diagnostiqués ni traités. Pour atteindre les objectifs fixés cette semaine, les pays devront renforcer leur surveillance pour détecter tous les cas de paludisme et les traiter, a ajouté M. Alonso.

Des investissements seront aussi nécessaires pour mettre au point de nouveaux et meilleurs médicaments -en raison notamment de la résistance croissante à ceux habituellement utilisés-, diagnostics et insecticides ainsi que des vaccins prometteurs, a-t-il dit. Atteindre ces objectifs devrait coûter environ 100 millions de dollars.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.