30/03/2018 00:05
Une rencontre entre le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) et des entreprises vietnamiennes s’est tenue récemment afin de préparer la Journée des produits agricoles bio du Vietnam à Rungis (France) au mois de juin prochain.
>>Vers une nouvelle politique de développement de l’agriculture bio
>>Hô Chi Minh-Ville se met au bio

Manger bio, une tendance de consommation en croissance en Europe.
Photo : PL/CVN

D’après le vice-ministre du MADR, Trân Thanh Nam, le Vietnam a de grandes opportunités d’exporter des produits agricoles bio vers la France en particulier, et en Europe en général, parce que l’offre dans cette zone ne parvient pas à répondre à la demande.

Dans le cadre de la rencontre entre des représentants du MARD et le comité de gestion du marché français de gros Rungis, dans le sud de Paris, plusieurs entreprises françaises ont affirmé que les produits agricoles bio étaient la tendance de consommation actuelle en Europe, mais que l’offre ne répondait pas à la demande. Ainsi, elles ont exprimé le souhait d'une coopération avec des entreprises vietnamiennes afin d’importer des produits agricoles bio du Vietnam.
 
"La Journée des produits agricoles bio à Rungis, une porte d'entrée au marché français, sera une bonne opportunité pour les entreprises vietnamiennes de lui présenter leurs produits", a souligné Trân Thanh Nam.

Selon Vu Kim Hanh, directrice du Centre d'études commerciales et d'assistance aux entreprises (BSA), un responsable de Rungis a promis que ce dernier achèterait des produits agricoles biologiques du Vietnam. 

Une hésitation au regard de la concurrence

Cet accueil très chaleureux au sein du marché européen est une bonne nouvelle pour les entreprises vietnamiennes, mais elles hésitent, au regard de la concurrence à laquelle elles vont devoir faire face.

Les entreprises françaises souhaitent une coopération avec leurs homologues vietnamiennes afin d’importer des produits agricoles bio du Vietnam.
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

"De plus, il est nécessaire, pour les producteurs vietnamiens, de s’intéresser à la question des labels, car les importateurs souhaitent toujours acheter des produits bruts bon marché et vendre des produits transformés portant leurs labels", a alerté un représentant de la compagnie Vinh Hiêp.

Face à cette situation, Nguyên Lâm Viên, directeur général de la Compagnie de fruits séchés Vinamit, une des rares sociétés vietnamiennes à avoir reçu des certificats européens de production bio, a affirmé que la création d’un label au niveau international serait une entreprise de longue haleine. Ainsi, les entreprises doivent s’y engager peu à peu.

"À l’heure actuelle, de nombreuses entreprises vietnamiennes ont la capacité de produire des produits bio en répondant aux normes internationales. Cependant, elles ont besoin des consommateurs stables pour un développement durable", a souligné le directeur général de Vinamit.
 
Câm Sa/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.