24/07/2019 17:13
Hanoï, Hô Chi Minh-Ville et d'autres métropoles du pays encouragent de plus en plus l'incinération en énergie électrique des déchets ménagers, et ce, en remplacement de l'enfouissement qui, jusqu'ici était majoritairement plébiscité au Vietnam. Une nouvelle technologie moderne qui rejoint une mouvance et une volonté mondiale en s'inscrivant dans une démarche plus durable et plus respectueuse de l'environnement.
>>Transformation des boîtes vides de lait en produits utiles
>>HCM-Ville privilégie la transformation des déchets en électricité
>>Traitement de déchets : Hanoi inaugure plusieurs usines cette année

Maquette de l'usine d’incinération en énergie électrique des déchets à Bac NinhPhoto: Thanh Thuong/VNA/CVN

En mai dernier, dans la province de Bac Ninh au Nord, s'est déroulé le lancement des travaux d'une usine d’incinération en énergie électrique des déchets, celle-ci a pour particularité d'utiliser une technologie particulièrement avancée, qui s'inspire notamment de celle déjà employée dans les pays européens. Il s’agit du premier incinérateur de ce type dans cette province et de la deuxième du pays. La durée des travaux est estimée à environ 15 mois, et nécessite près de 1.400 milliards de dôngs d’investissement. Après sa mise en marche, sa capacité de traitement s'élèvera à 500 tonnes de déchets par jour, avec une consommation électrique de 11,7 MWh.

Cette usine prône l'utilisation d'une technologie avancée répondant aux normes européennes. Ainsi, une ligne de tri des entrées et à un four à lit de circulation fluidisé ont été importés de Finlande. Ce projet faramineux a pour objectif de se démarquer de l'ancienne technique d'incinération, beaucoup plus polluante et consommatrice, ainsi que de traiter une grande partie des ordures de la province.

Le 8 décembre 2018, la construction d'une usine identique à Cân Tho s'était clôturée. Avec une longévité de 20 ans, cette première usine d'incinération à haute technologie du pays a nécessité un investissement 1.050 milliards de dôngs et traite quotidiennement 400 tonnes d’ordures pour une consommation de 150 Kwh.

Selon Hoàng Van Thuc, directeur du Département de l’environnement du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, l’incinération en électricité des déchets serait la meilleure des méthodes de traitement des ordures. En plus de réduire nettement la pollution environnementale, cette technologie permet de transférer les cendres en d'autres énergies (charbon, etc.). Un modèle largement utilisé depuis de nombreuses années dans les pays européens et au Japon.

"Ce cycle permet de réduire les émissions, de réduire la pollution, de réduire les coûts de création de nouvelles énergies, de réduire la consommation d’énergie et de minimiser les coûts de traitement des déchets" souligne-t-il.

Incinérer en électricité
pour plus de propreté


Le traitement des déchets ménagers est depuis toujours un problème fondamental pour les gouvernements.

À Hanoï, 6.000 tonnes d'ordures sont produites par jour, dont 90% sont enfouies. Photo: Nguyên Nam/VNA/CVN

Selon les statistiques dudit ministère, le pays recense, chaque année 25 millions de tonnes de déchets ménagers. Parmi lesquels, 30% sont incinérés (appliquant la technique traditionnelle) ou produisent de l'engrais organique et 70% sont enfouis dans la terre. À Hanoï, 6.000 tonnes d'ordures sont produites par jour, dont 90% sont enfouies, comparé à 69% dans la métropole du Sud.

Ainsi, dans le cadre de la stratégie nationale de gestion des déchets solides à l'horizon 2025, et en orientation vers 2050, le gouvernement s'est fixé pour objectif de baisser le taux d'enfouissement à 30% d'ici 2025. Toujours dans cette dynamique, le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement encourage les régions à valoriser l'incinération. Par ailleurs, trois projets identiques sont en train d'être étudiés à Hô Chi Minh-Ville.

Cependant, le prix d'un incinérateur en électricité est assez élevé, l'achat de cette technologie nécessite par conséquent un temps plus étendu, notamment pour réunir les fonds suffisants. Face à cette situation, il est essentiel, pour l’État, de promulguer des politiques convenables afin d’encourager des investissements dans ce domaine (prix préférentiel d’électricité, tarif préférentiel pour des emprunts à partir des fonds d’investissements destinés à la protection de l’environnement, etc.), toujours d’après le directeur du Département de l’environnement du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement.

Selon lui, ces politiques préférentielles pourront aider les investisseurs à récupérer plus rapidement leur fond investit, c'est à dire autour de 5 à 7 ans, et cela, pour favoriser le traitement des ordures ménagers en restant dans une démarche plus respectueuse pour l'environnement.

Câm Sa/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Remise des prix du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2019"

La Semaine de la culture et du tourisme de Cà Mau 2019 prévue en décembre Ayant pour thème "Rendez-vous à Cà Mau", la Semaine de la culture et du tourisme de Cà Mau 2019 aura lieu du 10 au 15 décembre avec de nombreuses activités intéressantes et la participation du Laos, du Cambodge, de la Thaïlande et de la République de Corée.