09/12/2017 00:26
Une médaille sur 20 pour les femmes : les statistiques Nobel sont peu flatteuses pour celles qui représentent la moitié de l'humanité. Malgré un récent rééquilibrage, aucune depuis deux ans n'a reçu de prix lors des fastueuses cérémonies du 10 décembre.
>>Deux prix Nobel élus académiciens étrangers d'un important think tank chinois


Photo datant de 1925 du Professeur Marie Curie en train de travailler dans le laboratoire de l'université à Paris. Photo : AFP/VNA/CVN

Les récompenses scientifiques (médecine, physique, chimie), la littérature et l'économie sont décernées en Suède, la paix en Norvège, deux pays de Cocagne féministe qui s'enorgueillissent de guider les autres sur le chemin de l'égalité.

Or, si leur nombre ne cesse d'augmenter depuis la première édition, passant de quatre lauréates entre 1901 et 1920 à 19 entre 2001 et 2017, les femmes nobélisées (48) ne représentent au terme de la saison 2017 qu'un peu plus de 5% des 896 lauréats des deux sexes.

L'économie recueille, haut la main, le bonnet d'âne, devant les prix scientifiques. La littérature est largement une affaire d'hommes, la paix fait un peu mieux.

Des prix originels - celui d'économie a été institué en 1968 -, la physique et la chimie sont les plus "misogynes", n'ayant récompensé que deux et quatre femmes respectivement. Paradoxe : la seule femme de l'Histoire à avoir jamais été couronnée par deux fois, Marie Curie, l'a été dans ces deux catégories, en 1903 et 1911.

Les portes des labos fermées aux femmes

"C'est une déception, quand on prend du recul, de voir que davantage de femmes n'aient pas été primées", reconnaît le secrétaire perpétuel de l'Académie royale des sciences à Stockholm, compétente pour les prix de physique, chimie et économie.

Göran Hansson l'assure : "Il n'y a pas de chauvinisme masculin substantiel dans les comités" de sélection Nobel, dont quatre (médecine, chimie, paix, littérature) sont présidés par des femmes.

Pour lui, si les lauréates sont si rares, c'est d'abord parce que les portes des laboratoires leur sont longtemps restées fermées.

Un effet "pyramide" confirmé par la physicienne Anne L'Huillier, membre de l'Académie royale des sciences et qui siégea au comité Nobel en 2010.

"C'est complètement évident, surtout pour les matières "dures", moins pour les sciences de la vie", avance-t-elle.

Le palmarès du prix de médecine, désigné par le prestigieux institut Karolinska, n'est pour autant guère plus encourageant : 12 femmes sur 214 lauréats, soit 5,6%, parmi lesquelles la Française Françoise Barré-Sinoussi en 2008 pour la découverte du VIH en 1983.

Le "prix de Sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel", financé par la Banque de Suède, est lui le cancre absolu avec une seule lauréate, l'Américaine Elinor Ostrom en 2009.

"Vous avez remarqué, c'est vrai, que nous sommes tous des hommes blancs, nous sommes aussi tous de vieux hommes blancs", a ironisé jeudi 7 décembre à Stockholm Richard Thaler, Nobel d'économie 2017.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.