11/07/2015 09:02
Les actes de violation de la souveraineté vietnamienne dans les archipels de Hoàng Sa (Paracel) et Truong Sa (Spratly) par la Chine étaient au cœur du 14e Dialogue de Shangri-La, qui s’est récemment déroulé à Singapour.

>>Opération «jeu de dupe» de la Chine en Mer Orientale
Des soldats vietnamiens patrouillent sur l’archipel de Truong Sa.
Photo : Hoang Hai/VNA/CVN

Les îles semi-artificielles construites à grande échelle par la Chine dans l’archipel de Truong Sa ainsi que le déploiement d’armes et de munitions violent de manière arrogante la souveraineté du Vietnam. Les pays voisins ainsi que la communauté internationale sont inquiets face aux conséquences pour la liberté, la sécurité et la sûreté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale. Ce thème a été abordé lors du 14e Dialogue de Shangri-La, un sommet asiatique sur la sécurité, qui s’est récemment déroulé à Singapour.

Le colonel Vu Khanh, expert en études internationales, a fait valoir des preuves historiques et juridiques qui permettent d’affirmer la souveraineté indiscutable du Vietnam sur les archipels de Hoàng Sa et de Truong Sa. Il a souligné la position du Vietnam vis-à-vis de ces deux archipels et démasqué le complot d’appropriation unilatérale de la Chine en Mer Orientale.

Vu Khanh rappelle que Hoàng Sa et Truong Sa sont les deux archipels d’avant-poste de la Patrie et sont inséparables du territoire vietnamien. L’archipel de Hoàng Sa se situe dans la région maritime s’étendant de 15°45 minutes à 17°15 minutes de latitude Nord et de 111° à 113° longitude Est, à 190 km de l’île de Ly Son, province de Quang Ngai (Centre). D’une superficie de 15.000 km2, Hoàng Sa est constitué d’environ 130 îlots et de roches émergées. Ils se divisent en deux  groupes principaux : le groupe Est (Amphitrite), dont l’île de Phu Lâm (Woody Island) est la plus grande (4 m de long et 2-3 m de large) et le groupe Ouest (Crescent), dont l’île la plus grande est celle de Paracel, d’une superficie de 0,3 km2. L’île de Phu Lâm s’en trouve à 87 km.

Souveraineté depuis trois siècles

L’archipel de Truong Sa se situe dans la région maritime allant de 6°50 minutes à 12° de latitude Nord et de 111°30 minutes à 117°30 minutes de longitude Est, à 230 milles nautiques de l’île de Phu Quy, province de Binh Thuân (Centre), à 300 km de Philippines et 1.500 km de la Chine. L’archipel de Truong Sa s’étend sur une superficie de 160.000 km2 avec 100 îlots, dont 26 îles immergés. 
 
Le Vietnam est un pays maritime, qui possède 3.260 km de façade littorale. Depuis toujours, la Mer Orientale est étroitement liée à la vie des Vietnamiens. Ils ont découvert Hoàng Sa et Truong Sa en pratiquant la pêche, un métier traditionnel et un point fort du Vietnam, il y a longtemps. Pourtant, en raison des conditions géographiques et historiques, ils ne s’y sont pas installés à long terme. 

Une récente exposition sur les épreuves historiques et juridiques de la souveraineté continue du Vietnam sur Hoàng Sa et Truong Sa, à Quang Tri (Centre). Photo : Hô Câu/VNA/CVN

Au XVIIe siècle, l’État féodal vietnamien a découvert de longues dunes appelées Bai Cat Vang (Bancs de sable jaune) en Mer Orientale, alias Hoàng Sa et Truong Sa, qui étaient à ce moment-là inhabitées. L’État féodal vietnamien a donc mis la main sur ces deux archipels. Il les gère et les exploite depuis. La souveraineté du Vietnam a été affirmée, maintenue et consolidée durant trois siècles, sans interruption.

Les flottilles de Hoàng Sa et Bac Hai en mission

Les flottilles de Hoàng Sa et de Bac Hai - la dernière étant placée sous le commandement de celle de Hoàng Sa - demeurent une preuve juridiquement incontestable de l’exercice de la souveraineté de l’État Dai Viêt (ancien nom du Vietnam) sur l’archipel de Hoàng Sa.

La flottille de Hoàng Sa a été créée au XVIIe siècle dans les estuaires de Sa Ky et Ly Son, province de Quang Ngai, alors que les Nguyên régnaient sur la région de Huê et du Sud. Il s’agit d’une organisation étatique, à la fois civique et militaire, qui remplit des tâches économiques et administratives en Mer Orientale. La flottille était commandée par un chef. Ses membres étaient appelés «soldats». Leur mission leur était confiée soit par le roi soit par le seigneur. Sous le règne des Nguyên, la flottille de Hoàng Sa comprenait 70 personnes, un nombre important pour une milice.

La flottille de Hoàng Sa a opéré sous sept seigneurs Nguyên, pendant un siècle et demi, puis sous les Tây Son. Selon un document conservé dans la maison de culte de la famille des Vo, quartier d’An Vinh, Cu Lao Re, en 1786, les habitants de Cu Lao Re ont demandé aux autorités des Tây Son la reprise des activités de la flottille de Hoàng Sa. Cependant, ces activités se sont réduites durant les dernières années du règne de Tây Son. Ce n’est qu’avec l’avènement de Gia Long, en 1802, que la flottille a véritablement repris ses activités.

Les flottilles de Hoàng Sa et Bac Hai avaient pour mission de récupérer les objets précieux contenus dans les cales des bateaux naufragés ou qui échouaient sur les rivages des îles ainsi que les rares produits aquatiques au large des archipels Hoàng Sa et Truong Sa.

Toutes ces activités ont été reconnues par les annales historiques vietnamiennes comme Đai Nam thuc luc tiên biên (Notes véridiques sur le Dai Nam - Partie réservée aux dynasties antérieures) écrit en 1821, Hoàng Viêt đia du chi (Traité géographique du Vietnam impérial) en 1834 ou 1833, etc.
 
En outre, des documents découverts récemment sont aussi des preuves historiques et juridiques de la souveraineté continue du Vietnam sur ces deux archipels. 
Huong Linh/CVN
 
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.