23/02/2017 16:51
Emmanuel Macron, étoile montante de la course à la présidence française, a scellé mercredi 22 février une précieuse alliance avec le centriste François Bayrou, alors que l'élan de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen se maintient malgré une enquête sur des emplois fictifs présumés.
>>Un débat inédit opposera Fillon, Hamon, Le Pen, Macron et Mélenchon sur TF1
>>France : le patrimoine des candidats à l'élection présidentielle rendu public

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte au dîner du Crif, le 22 février à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

En tête dans les sondages au premier tour avec plus d'un quart des intentions de vote, Mme Le Pen creuse l'écart avec ses principaux concurrents, le conservateur François Fillon, éclaboussé par un scandale, et Emmanuel Macron, ancien ministre du gouvernement socialiste, qui se revendique "ni de droite, ni de gauche".

M. Bayrou a déclaré mercredi 22 février lors d'une conférence de presse que la France encourait "le pire des risques de flambée de l'extrême droite, qui fait planer la menace d'un danger majeur et immédiat pour notre pays et pour l'Europe", avant de faire son "offre d'alliance".

M. Macron a accepté très vite la proposition de ce centriste pro-européen - jusqu'à présent crédité d'environ 5% des voix-, en saluant "un geste courageux, inédit et un tournant de la campagne présidentielle".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante