12/08/2012 11:18
Le club de «Chant de soong cô» de la commune de Ninh Lai, district de Son Duong, province de Tuyên Quang (Nord), a été créé en 2009. Fort de 35 membres au départ, il en compte désormais une centaine. Ce club contribue à préserver et léguer aux jeunes ce chant de l’ethnie minoritaire San Diu, dans un contexte de recul des valeurs traditionnelles.

Les membres du club de «Chant de Soong cô» de la commune de Ninh Lai, district de Son Duong, province de Tuyên Quang (Nord). Photo : CTV/CVN


Une soirée au club. Malgré la pluie qui tombe drue, la plupart des membres sont là. Les vieillards côtoient les jeunes, et l’ambiance est très animée. Les chanteurs expérimentés corrigent les néophytes, tout cela dans la bonne humeur.

Selon Luc Van Bay, président du club, le chant soong cô est propre à l’ethnie San Diu, comme le sont les chants then et luon des Tày, sli des Nùng. Plus de 70% des habitants de la commune de Ninh Lai sont des San Diu. Pourtant, peu d’entre eux peuvent encore le chanter, si ce n’est les plus anciens.

Soucieuse de préserver les traditions de l’ethnie, la commune de Ninh Lai a créé en 2009 le club de «Chant de soong cô». «L’enseignement de ce chant aux jeunes est nécessaire car il véhicule toutes sortes de valeurs de nos ancêtres. Malheureusement, certains airs sont perdus car la transmission est orale», a informé Luc Van Bay.

Luc Dinh Trung, 78 ans, membre du club raconte: «j’ai commencé à apprendre le chant soong cô à l’âge de 15 ans. Au début, je suivais les plus grands pour les écouter chanter lors des soirées». Inquiet des menaces pesant sur les traditions de son ethnie, Luc Dinh Trung a cherché des solutions pour les préserver. Dès la création du club, il s’est inscrit. Avec d’autres membres, il enseigne aux jeunes à chanter ainsi qu’à parler la langue San Diu.

«Au début, c’est très difficile car nous devons savoir par cœur les paroles en langue San Diu, puis les chanter phrase par phrase. Mais M. Trung et les autres membres sont patients et enthousiastes. Ils nous expliquent aussi le sens des paroles», a confié Chu Thi Thuy, 13 ans.

Les activités du club sont de plus en plus appréciées par les habitants locaux. Pourtant, le club rencontre des difficultés à cause du manque de matériel et de fonds. Mais le plus important, c’est le désir des membres de continuer l’aventure...


Les paroles des chansons soong cô sont simples mais riches musicalement. Les chanteurs y expriment leurs vœux et leurs sentiments sur l’amour, la famille, la vie quotidienne, le village natal, le pays...


Tùng Chi/CVN








Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.