26/03/2020 15:30
Diplômé en technologies de l’information, Lê Xuân Truong a refusé un travail stable pour monter une start-up. Nourrissant une passion infinie pour l’art de la laque, il a fondé La Sonmai, une entreprise spécialisée dans la production de coques rigides pour téléphone portable.
>>Présentation de l'art de la laque du Vietnam à Bangkok
>>Exposition de peintures de laque poncée du Vietnam en Russie
>>Une start-upper et sa marque CôcôSmile
>>Amputé des deux jambes, nageur et start-upper

Lê Xuân Truong, fondateur de La Sonmai.
Photo : CTV/CVN

Dynamique, plein d’énergie et passionné des arts vietnamiens et de la laque poncée en particulier, Lê Xuân Truong souhaite transmettre au grand public sa ferveur pour les coques de téléphone portable de La Sonmai (son mài signifie laque poncée) qu’il a fondée il y a quelques années.

Originaire de la province de Nghê An (Centre), Truong s’est installé en Angleterre pour y poursuivre des études dans le domaine des technologies de l’information. Il y a constaté l’abondance de cadeaux souvenirs représentant les caractéristiques de la culture anglaise alors qu’au Vietnam, ces objets lui semblaient manquer d’une identité propre. L’idée d’un produit mêlant tradition et modernité a alors germé dans sa tête.

Truong a consacré beaucoup de temps à ses recherches sur les arts et matières premières traditionnelles avant de réaliser son premier prototype en 2017. Monter une start-up lorsqu’on est jeune et inexpérimenté n’est pas facile, mais réaliser des produits par le biais d’un art traditionnel est tout aussi complexe.

Si la voie du succès est semée d’embûches, le jeune entrepreneur ne se décourage pas pour autant. Le rêve d’avoir sa propre marque l’a poussé à surmonter les difficultés et à créer La Sonmai malgré un fonds d’investissement très modeste. Sa société a pour objectif de préserver et promouvoir la laque du Vietnam.

Aucune pièce ne ressemble à l’autre

L’art de la laque poncée se décline dans de nombreuses disciplines, notamment en peinture. Une laque se réalise en plusieurs étapes complexes exigeant des techniques et compétences spécifiques ainsi qu’une grande patience. De ce fait, Xuân Truong n’a pas hésité à en comprendre toutes les spécificités en se rendant dans les villages de métier, et à rencontrer des experts qui lui ont permis d’élargir ses connaissances en la matière. Même si cet art est nouveau pour lui, comme pour la plupart de la jeune génération, il n’en est que plus fasciné.

Coques de téléphone portable de marque La Sonmai.
Photo : CTV/CVN

"J’ai choisi la coque de téléphone portable car il y en a une forte demande au Vietnam, surtout chez les jeunes. Les clients veulent une coque brillante, moderne et vietnamienne. Les produits de La Sonmai les séduisent par leurs couleurs vives et leur originalité. Chaque coque est un ouvrage en laque unique et aucune pièce ne ressemble à une autre", explique-t-il.

Les matériaux utilisés sont essentiellement naturels tels que la sève laiteuse de l’arbre à laque (cây son ou Rhus succedanea), la coquille d’œuf ou encore la nacre… Une coque de téléphone nécessite 20 étapes, réparties entre trois employés travaillant dessus pendant 20 jours. Toutes sont entièrement réalisées
à la main et sont le fruit de la dextérité, de la patience et du sens esthétique de l’artisan.

Une grande attention est portée au détail, l’exigence et la minutie consacrées à chaque étui le transforment en "un tableau vivant contenant les histoires de la culture vietnamienne", confie-t-il. Les us et coutumes du pays sont l’inspiration principale des artisans pour les motifs gravés sur les façades. Il s’agit du tambour de bronze de Dông Son, de la Déesse-Mère, du costume royal de la dynastie des Nguyên (1802-1945) ou du dragon…  

Créer un produit est une tâche ardue mais l’écouler sur le marché est encore plus difficile. Au début, l’atelier a dû chercher des points de vente pour sa marchandise. Son équipe s’est donc rendue dans les boutiques de souvenirs du Vieux quartier de Hanoï pour présenter ses produits et les a mis en vente sur des pages d’e-commerce.

La Sonmai souhaite que chacune de ses pièces soit l’ambassadrice de l’art de la peinture en laque.
Photo : CTV/CVN

Petit à petit, les étuis "made in La Sonmai" se sont fait connaître, notamment par les jeunes. En surmontant les difficultés initiales, l’entreprise a affirmé sa position en affichant une croissance impressionnante. En plus du marché domestique, les coques de téléphone portable La Sonmai ont conquis bon nombre de touristes étrangers.

Se lancer à l’international

En plus de la vente de ses produits, l’entreprise organise des ateliers durant lesquels les visiteurs peuvent découvrir les étapes de réalisation de la laque et même mettre la main à la pâte. L’occasion pour eux d’admirer le raffinement des images gravées sur les étuis. Alejandro, des Pays-Bas, est un fidèle client de La Sonmai. Il offre souvent des produits de la marque à ses proches et ses amis parce qu’il les trouve "très beaux et sophistiqués", souligne-t-il.

Bien que les accessoires soient très prisés par les consommateurs, "nous nous efforçons d’élargir notre marché à l’international, de diversifier notre offre et de créer d’autres produits en laque", déclare Xuân Truong. Pour atteindre cet objectif, La Sonmai renforce ses ventes notamment sur les plateformes en ligne et promeut ses produits dans les salons de culture vietnamienne à l’étranger.

Plus qu’une coque, La Sonmai souhaite que chacune de ses pièces soit l’ambassadrice de l’art de la peinture en laque, technique bien ancrée dans la tradition nationale. Le développement de sa marque lui donne un nouveau souffle, à une époque où plusieurs métiers artisanaux disparaissent face au rythme effréné de la vie moderne.

Thu Hà/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Son Doong fait partie des dix plus belles visites virtuelles du monde En cette période épidémique, il est possible d'admirer la célèbre grotte de Son Doong avec juste un téléphone ou un ordinateur. Le quotidien britannique Guardian vient de présenter les dix plus belles visites virtuelles du monde pendant les jours de confinement à cause du COVID-19, dont la grotte vietnamienne Son Doong.