08/04/2018 12:00
Les scientifiques ont recensé près de 12.000 espèces animales et végétales à travers une étude sur les ressources marines du pays.
>>Antarctique : nouvel indice sur la hausse du niveau des mers
>>Côn Vành, une nouvelle destination à découvrir cet été
>>Les populations d'animaux marins ont chuté de moitié en 40 ans

La faune marine vietnamienne est diversifiée.
Photo : Nguyên Thanh/VNA/CVN

Plus de 2.000 espèces de poissons, près de 6.000 d’animaux benthiques, 653  d’algues, 5 de tortues, 12 de serpents de mer… Ces statistiques prélevées d’une étude, réalisée par les scientifiques au cours de trois périodes (avant 1954, de 1954 à 1975 et de 1976 à aujourd’hui), ont montré que la faune et la flore marines vietnamiennes sont diversifiées.

Cette étude a notamment permis de déterminer les réserves et la potentialité d’exploitation de plusieurs groupes de créatures marines à haute valeur économique telles que poisson, crevette et seiche.

Les écosystèmes marins en recherche

Les réserves de poissons benthiques et pélagiques sont comprises entre 3 millions et 3,5 millions de tonnes, avec un potentiel d’exploitation de 1,5 à 1,7 million de tonnes.

Selon le Professeur-Docteur Dô Công Thung, de l’Institut des ressources naturelles et de l’environnement marin, cette étude fait partie d’un programme de recherche sur les écosystèmes marins qui a permis de fournir une vision globale et complète de l’état des zones côtières. Il a ausssi aidé à étudier les changements dans les écosystèmes tels que embouchures de rivières, mangroves, lagons, récifs coralliens, herbiers marins et marais côtiers.

Il s’agit de bases importantes pour élaborer des plans de développement socio-écono-mique dans les zones côtières, et surtout de développement aquacole, de l’écotourisme et de la préservation maritime dans les provinces côtières du Vietnam.

La recherche sur la diversification des produits de la mer est également considérée comme un moyen de réduire les pressions exercées sur les espèces traditionnellement exploitées. En outre, la rédaction du Livre Rouge contribue raisonnablement à la protection des ressources marines.

Orientations de l’étude en 2020

Il est important d’évaluer exactement les réserves de ressources marines du Vietnam, en particulier en haute mer.
Photo : VNA/CVN

L’application des biotechnologiques marines pour protéger les ressources marines a notamment obtenu des résultats encourageants. L’utilisation des espèces marines utiles dans la protection de l’environnement a fait ses preuves dans différents écosystèmes.

En outre, les chercheurs ont également évalué le déclin des ressources côtières et les dangers pour les ressources biologiques, dont la pollution,  le changement climatique et la surpêche.

En ce qui concerne l’orientation de l’étude sur les espèces de créatures marines à l’horizon 2020, Dô Công Thung estime que les résultats permettront une application dans de nombreux domaines.

Ces bases scientifiques seront notamment mises au service de l’aquaculture, du développement touristique écologique, de la préservation maritime.

Cependant, les activités d’étude sur les ressources des créatures marines menées ces dernières années présentaient également des lacunes. Elles ne se concentraient que sur les zones côtières, pas sur la haute mer.

Dans le but de lancer une étude sur l’océan au cours des cinq prochaines années, les scientifiques vietnamiens doivent renforcer leurs équipes, étendre la coopération internationale, investir dans des équipements  et se concentrer sur une étude approfondie de grandes zones marines.

D’après M. Thung, il est important d’évaluer exactement les réserves de ressources marines du Vietnam, en particulier en haute mer. Il est nécessaire également de diversifier les ressources marines exploitées telles que ressources  biotiques à vertus médicinales, celles en mer profonde, et celles de haute valeur économique comme mollusques et crustacés...

Cela permettra aux scientifiques de construire une carte saisonnière de la pêche et d’élaborer un plan stratégique pour l’exploi-tation des ressources marines.

Il est également nécessaire de promouvoir la recherche en appliquant des technologies pour la protection des ressources et de l’environnement marin, comme construction de réserves marines et de plans pour restaurer les écosystèmes et protéger les ressources.

Le Vietnam possède plus de 3.260 km de côtes et plus d’un million de kilomètres carrés de superficie marine qui apportent chaque année deux millions de tonnes de produits de la mer (90 millions dans le monde). Cet écosystème est l’un des 16 centres de biodiversité dans le monde. En 2010, le gouvernement a approuvé 16 Réserves maritimes sur les côtes nationales.

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La VNA fête ses 75 ans, un flux incessant d’informations officielles

Le homestay à Bac Hà, un potentiel à révéler En plus de ses nombreux paysages naturels magnifiques, Bac Hà est riche de l’identité culturelle forte des groupes ethniques y habitant. Le homestay, service disponible depuis quelques temps dans ce district montagneux de la province de Lào Cai au Nord, est de plus en plus recherché par les touristes.