14/11/2020 10:35
Le Vietnam fait partie des pays les plus vulnérables aux catastrophes naturels. Pour s’adapter, maintes écoles introduisent dans leurs programmes d’enseignement des connaissances et savoir-faire permettant d’améliorer la sécurité des élèves.
>>Changement climatique : deux fois plus de catastrophes naturelles en 20 ans
>>Pour une société résiliente aux catastrophes naturelles

Une séance d’entraînement pour les élèves du lycée Lê Quy Dôn, à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : CTV/CVN

Si le Vietnam parvient à réduire l’impact des aléas climatiques sur son territoire, les conséquences des catastrophes demeurent encore dévastatrices. 2020 est une année historique pour le pays qui continue encore de subir d’énormes fléaux naturels, plus importants que les années précédentes.

Le delta du Mékong a connu en début d’année la sécheresse et l’intrusion saline tandis que le Centre a affronté en octobre une série de fortes pluies, d’inondations et de glissements de terrain. Ces fléaux naturels fréquents impactent gravement la production, la vie humaine et le développement des régions touchées.

La sécurité avant tout

Face à cette situation et aux dangers qu’elle représente, l’enseignement de savoir-faire et de connaissances appropriés aux écoliers vivant dans les régions vulnérables devient primordial et amène les établissements éducatifs à s’interroger sur les programmes de sensibilisation à mettre en place.

Situées à l’épicentre des crues du Centre, les localités du district de Dai Lôc dans la province de Quang Nam sont grandement affectées. Sur le plan de l’éducation, les élèves ont été privés d’instruction pendant 10 à 12 jours pendant le mois d’octobre catastrophique de cette année. Il était en effet impossible d’aller à l’école en raison des graves inondations. Pendant les périodes sans crues et pour se préparer aux prochaines, les écoles de l’ensemble du district organisent des séances d’entraînement et de sensibilisation pour transmettre des informations et des connaissances sur les désastres naturels aux enseignants et élèves.

"Nos élèves sont guidés sur le chemin de l’école en passant par les voies les plus sécurisées et en évitant les territoires inondées ou inondables et les endroits menacés de glissement terrain", informe Luong Duc Hiên, chef du Bureau de l’éducation et de la formation de Dai Lôc.

À l’école primaire de Hành Trung (district de Duc Phô, province centrale de Quang Ngai), les élèves ont l’occasion d’accumuler davantage de savoirs. Nguyên Hai Yên est une élève de cet établissement. Sa maison se niche dans la basse région, souvent victime d’inondations vers la fin de l’année. Elle a appris à l’école comment solidifier sa maison et porter secours aux blessés lors des catastrophes naturels…

"Lors des saisons des pluies, beaucoup d’accidents surviennent et touchent des enfants trop peu informés et entraînés pour affronter un désastre. Nous souhaitons qu’à travers les activités extra-scolaires, les élèves puissent maîtriser les savoir-faire clés qui leur permettent d’affronter les situations difficiles", déclare Doàn Thi Phuoc Hà, directrice de l’école primaire de Huong An dans la province de Quang Nam.

Comprendre et agir face aux désastres

Les collégiens de Trân Van On, 1er arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, apprennent à nager.
Photo : CTV/CVN

Savoir observer la météo, éviter les points de glissement de terrain, apprendre à nager, ne pas s’abriter à l’ombre de grands arbres ou de poteaux électriques quand il pleut… Ce sont des indications relativement simples mais indispensables. Ces dernières années, les écoles ont concentré leurs efforts pour préparer les enfants à se protéger eux-mêmes dans le cas malheureux et extrême où ils se retrouveraient seuls. Ils sont ainsi préparés à faire face aux inondations, aux fortes pluies ou aux orages, appelés à devenir plus fréquents et plus forts dans le Centre du pays.

"La transmission des savoirs sur l’évacuation des zones touchées, le sauvetage et la natation est intégrée dans le programme éducatif dès les premières années de l’école primaire", a informé Nguyên Kim Phuong, directrice de l’école primaire de Trân Quang Khai à Hô Chi Minh-Ville (arrondissement de Go Vâp). En plus de se préparer aux catastrophes naturelles, l’école sensibilise ses élèves à certaines sources importantes du problème en organisant tous les mois un atelier autour des changements climatiques, de l’importance de la protection de l’environnement, du tri des déchets et autour de l’usage rationnelle des ressources en eau.

Pham Van Hào, enseignant en géographie au lycée Thành Nhân dans la mégapole du Sud (arrondissement de Tân Phu), partage que les enseignants mettent en place chaque année des projets à réaliser par les lycéens sur le thème de la lutte contre les changements climatiques. Par les images des tempêtes et des orages, ils comprennent l’effet de ces phénomènes sur la nature et la vie humaine. "En outre, nous sensibilisons nos étudiants à l’évacuation des zones dangereuses et aux gestes de secours", affirme-t-il.

Depuis le début de l’année scolaire 2020-2021, les élèves de l’école internationale Vietnam - Australie, dans le 10e arrondissement, participent au projet global Climate Action (Action pour le climat, en français) regroupant des écoliers et étudiants de 107 pays. Dans le cadre de ce programme, les participants vietnamiens vont étudier les causes du changement climatiques et proposer des solutions pour lutter et s’adapter au phénomène.

Représentant un tiers de la population du Vietnam, les enfants (moins de 15 ans) constituent l’un des groupes les plus touchés par les catastrophes naturelles, en raison de leur vulnérabilité physique et psychologique. Ces derniers ont besoin de soins et de soutiens. Par conséquent, transmettre des connaissances les préparant à affronter les désastres naturels apparaît primordial, notamment pour ceux vivant dans les zones les plus menacées.

My Anh/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Bac Son, la vallée des contemplations À plus de 160 km de Hanoï, Bac Son est une vallée paisible aux paysages magnifiques. Éloignés du tohu-bohu citadin, les visiteurs pourront s’immerger dans la vie quotidienne locale et se recueillir auprès des Tày et Nùng très hospitaliers.