29/03/2019 15:19
Le rein d'une femme porteuse du VIH a été greffé à une autre personne séropositive à Baltimore aux États-Unis cette semaine, une première mondiale selon les médecins, qui pourrait aider à combler la pénurie d'organes.
>>Le sida transmis par une majorité l'ignorant ou non traitée

De gauche à droite: Dorry Segev, Nina Martinez et Christine Durand à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore, le 28 mars. Photo: AFP/VNA/CVN

Nina Martinez, 35 ans, a donné un rein à une personne non identifiée par les médecins de l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore. L'opération a eu lieu lundi 25 mars et l'annonce a été faite jeudi 28 mars.

"Je me sens bien", a expliqué la jeune femme tout sourire, en apparente bonne forme, lors d'une conférence de presse à l'hôpital. "Cela fait du bien d'avoir des bonnes nouvelles, car il y a beaucoup de problèmes insolubles avec le VIH".

Quant au receveur anonyme, il ou elle "se porte à merveille", selon Christine Durand, professeure à l'École de médecine de Johns Hopkins.

Depuis une loi fédérale promulguée en 2013 par Barack Obama, les organes prélevés sur des personnes séropositives décédées pouvaient être greffées sur des receveurs séropositifs - qui pouvaient bien sûr aussi recevoir des organes de personnes séronégatives, comme n'importe quel autre patient sur la liste d'attente.

Mais les personnes ayant le VIH, en bonne santé, ne pouvaient pas faire don de leurs reins pour un proche ou un anonyme. Les médecins craignaient qu'avec un seul rein, le VIH et les médicaments antirétroviraux n'affaiblissent trop le rein restant du donneur.

Mais une grande étude conduite par les chercheurs les a convaincus que le risque était quasi nul, et l'hôpital a reçu l'autorisation en 2016 de réaliser la première greffe de "vivant à vivant".

Initialement, Nina Martinez, qui vit à Atlanta, voulait donner son rein à un ami, mais après la mort de celui-ci, et inspirée par un épisode de la série Grey's Anatomy, elle a contacté l'hôpital pour se porter candidate. "Je savais qu'ils m'attendaient", a expliqué Nina Martinez.

"Les portes sont désormais ouvertes pour que les gens qui vivent avec le VIH deviennent des donneurs de rein", a dit Dorry Segev, le chirurgien qui a prélevé le rein de Nina. "Il y a 30 ans, la maladie était une sentence de mort. Mais désormais, une personne avec le VIH peut sauver une vie", s'est-il réjoui.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Entre le Vietnam et la France, une relation toujours plus florissante

Le carnaval de Ha Long 2019 va se dérouler en salle Au lieu de magnifiques défilés dans les rues comme les années précédentes, le carnaval de Ha Long 2019 se déroulera en salle, au FLC Ha Long Ecotourisme Resort.