20/12/2019 08:52
Les questions politiques et économiques, ainsi que des dossiers internationaux et questions régionales ont été évoqués jeudi 19 décembre pendant la grande conférence de presse annuelle du président russe Vladimir Poutine.
Le président russe Vladimir Poutine lors de de sa grande conférence de presse annuelle, le 19 décembre à Moscou. Photo : REUTERS/VNA/CVN

Le président russe Vladimir Poutine a été notamment interrogé par la presse sur la résolution du Parlement européen "reconnaissant le fascisme et le communisme comme des régimes totalitaires" et décrétant le 25 mai Journée mondiale des héros de la lutte contre le totalitarisme. 

M.Poutine a répondu qu'une telle décision "est inacceptable car mettre l'Union soviétique et l'Allemagne nazie au même niveau'', est "le comble du cynisme", ajoutant que "la décision du Parlement européen d'assimiler l'Union soviétique au totalitarisme est inacceptable".

À la question d'une journaliste de la chaîne chinoise CCTV, le président a rappelé que "la multipolarité du monde était un dérivé des relations commerciales et économiques". 

Sur l’état actuel des relations entre Pékin et Moscou et le résultats du partenariat sino-russe, M. Poutine souligné que "la chose la plus importante dans les relations entre les deux États est le niveau de confiance sans précédent qui a été atteint". "Il est également important que la Russie et la Chine coopèrent dans le domaine des hautes technologies et dans d'autres", a-t-il dit.

À propos de la question du désarmement, Il a indiqué que "sans START III, il n’y aura plus rien pour freiner la course aux armements", déclarant toutefois que la Russie souhaite améliorer ses relations avec les États-Unis.

"Nous sommes prêts à prolonger START III dès demain", a-t-il déclaré. "Mais jusqu'à présent, il n'y a pas de réponse à nos propositions", a déploré le président, soulignant "qu’en absence de START III, il ne restera plus rien pour freiner la course aux armements".

À ce propos, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, avait annoncé au terme de sa rencontre avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, que les pourparlers russo-américains relatifs à la signature d’un nouveau traité de contrôle des armements pourraient être élargis à la France et au Royaume-Uni.

À une question sur la présence étrangère dans le Donbass (Est séparatiste de l'Ukraine), Poutine a rappelé que des citoyens des pays européens se trouvaient volontairement dans le Donbass. "Il n’y a pas de troupes  étrangères là-bas. Les forces d’autodéfense sont constituées de locaux. En ce qui concerne les mercenaires, il y a des Français, des Allemands, il faut s'en charger. Il faut résoudre la question du Donbass en dialoguant avec les gens. Il ne faut pas résoudre ce problème par la force", a affirmé le locataire du Kremlin.

"Sur la question ukrainienne et le Donbass, il n'y a que les accords de Minsk", a encore indiqué M. Poutine, appelant à "engager un dialogue direct avec le Donbass et à revenir à la concertation prévue par les accords" de Minsk.

Une autre question au président russe a porté sur l'accord de Paris sur le climat et les effets du réchauffement climatique sur la Russie. M. Poutine a répondu en rappelant que selon l'ONU, les États-Unis occupent la première place dans les émissions, suivis de la Chine, des pays de l'UE et de la Russie à la quatrième place.

Selon le chef de l'État russe, une légère inclinaison de l'axe de la Terre peut entraîner des conséquences dramatiques. "Il est impossible d'estimer à quel point l'humanité aujourd'hui affecte le climat, mais cela ne signifie pas qu'il ne faut rien faire sur cette question", a-t-il souligné.

Le taux de croissance des températures en Russie est deux fois et demie plus élevé que la moyenne mondiale, déclare le président, ajoutant que si les régions du pergélisol commencent à fondre, les conséquences seront très graves.

"La Russie réduira ses émissions de CO2 d'au moins 40%", a assuré M.Poutine lors de la conférence de presse annuelle, dont la première du genre remonte à l’année 2001.

APS/VNA/CVN

 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Nouvel An lunaire : les premiers visiteurs étrangers à Quang Ninh Les premiers visiteurs étrangers du Tet du Rat 2020 sont arrivés le 25 janvier dans la ville de Ha Long, dans la province de Quang Ninh (Nord-Est).