12/07/2020 01:00
Les efforts pour faire retirer le "carton jaune" averti par la Commission européenne en octobre 2017 sont inlassables. Le gouvernement a pris des mesures, en étroite collaboration avec les Associations de la pêche maritime du Vietnam, pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).
>>Le Vietnam fait des efforts pour éradiquer la pêche INN, selon le site web Foreign Affair Asia
>>Le Vietnam fait de gros efforts dans la lutte contre la pêche INN

Le Vietnam cherche à lutter contre la pêche illicite.

Après l’avertissement de la Commission européenne contre l’INN, une conférence à la recherche des mesures destinées à résoudre l’INN avait été organisée en décembre 2017, dans la ville balnéaire de Dà Nang (Centre), en présence de nombreux représentants du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, du Département général de l’aquaculture, du ministère des Affaires étrangères ainsi que des institutions et associations de la pêche centrales comme locales. Il s’agissait d’une des premières démarches pour lesquelles le gouvernement vietnamien et les organismes compétents ont adopté de nombreuses décisions et résolutions drastiques contre les malfrats.

Exploitation et pêche hauturière

Ainsi, le Vietnam s’est alors appuyé sur les recommandations de la Commission européenne, en procédant à la révision de la Loi sur l’aquaculture, approuvée par l’Assemblée nationale en novembre 2017, de manière à répondre aux exigences réclamées par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982 ainsi que le Plan d'action global de la Décennie des Nations unies pour l'agriculture familiale.

Par la suite, le gouvernement vietnamien a adopté la directive N°45, en décembre 2017, pour demander en urgence aux organismes compétents de trouver des dispositifs de réparation, des plans d’action pour une vision jusqu’à 2025 à l’échelon national pour empêcher et résilier les exploitations aquatiques illégales. S’est ajoutée ensuite la décision N°4840, adoptée par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural à propos de la mise en œuvre des solutions d’urgence afin d’atténuer l’avertissement de la Commission européenne.

En avril 2018, ce ministère a fait appliquer des sanctions et des amendes dont le montant s’élevait jusqu’à un milliard de dôngs à des particuliers et des entreprises contrevenant à la loi d’exploitations aquatiques du Vietnam.

En mai 2019, le comité de pilotage pour la prévention et la lutte contre les exploitations aquatiques illégitimes a vu le jour. Il se composait de membres du gouvernement, de représentants du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, d’associations de pêche et d’autorités locales afin de charger les localités de contrôler les activités de pêche, de traiter les actes des pêcheurs contrevenant aux dispositions internationales que le Vietnam avait signées.

Accompagnements des entreprises 

Les secteurs économiques purement maritimes représentent environ 10% du PIB national. On estime que l'économie des 28 provinces et villes côtières atteint 65% à 70% du PIB national. Concernant la valeur d’exportation de produits aquatiques du Vietnam, selon le Département général des statistiques du Vietnam, le chiffre d’affaires à l’exportation de ce secteur passe de 5,14 milliards de dollars en 2010, à 6,57 milliards de dollars en 2015, puis à 8,30 milliards de dollars en 2017 et à 9,00 milliards de dollars en 2018, respectivement, pour une croissance moyenne de 7,01%.

L’économie de la pêche halieutique contribue en grande partie à la croissance du Vietnam.

Néanmoins, depuis deux ans, le chiffre d'affaires des exportations de fruits de mer vers le marché européen a considérablement diminué. Concrètement, les exportations des neufs premiers mois de 2019 ont atteint 251 millions de dollars, soit une baisse de 19% par rapport à la même période de l'année précédente.

En 2019, le taux de croissance de la valeur de la production halieutique (prix comparatif en 2010) a atteint 6,25% par rapport à 2018, la production totale a atteint environ 8,15 millions de tonnes, soit une augmentation de 4,9% dans laquelle la production d’exploitation a atteint 3,77 millions de tonnes, en hausse de 4,5%, l'aquaculture a atteint les 4,38 millions de tonnes, en hausse de 5,2%. Le chiffre d'affaires à l'exportation est estimé à 8,6 milliards de dollars contre 9,00 milliards en 2018.

Selon le dernier rapport publié en juin 2020 par l’Association de transformation et d’exportation des produits aquatiques du Vietnam (VASEP), après l'avertissement de la Commission européenne concernant les fruits de mer exploités au Vietnam, les exportations de fruits de mer du Vietnam vers ce marché ont diminué de 6,5%. Par rapport à 2017, les exportations de fruits de mer vers l'Union européenne en 2019 ont diminué de 10,3%. De la deuxième position sur les marchés d'importation de fruits de mer du Vietnam, après l’avertissement, le marché de l'UE est tombé à la cinquième position et la part de marché est passée de 18% à 13%.

Vu la baisse en chiffre d’affaires de l’exportation de produits aquatiques, le Vietnam a pris en haute considération la recherche de solutions pour contredire l’avertissement. En particulier, dans le contexte où l’accord de libre-échange (ALE) entre le Vietnam et l’Union européenne a été signé en juin 2019 à Hanoï, les entreprises vietnamiennes en la matière s’avèrent plus sérieuses dans l’accompagnement des institutions publiques pour mettre en place des mesures de prévention et de lutte contre l’INN lorsqu’elles veulent bénéficier des politiques fiscales avantageuses à l’import-export accordées par cet ALE.

La VASEP, représentant des producteurs et exportateurs de produits aquatiques du Vietnam, a, quant à elle, demandé à tous ses membres de respecter strictement les recommandations requises par la Commission européenne sur les réglementations de pêche au large, notamment d’effectuer intégralement des tâches de traçabilité de produits, tout en coopérant étroitement avec le Département général de l’Aquaculture dans la surveillance des chalutiers vietnamiens qui ne respectent pas les lois d’exploitation aquatique halieutique.

En dehors de la mise en place des solutions de réparation de l’INN, et des bénéfices rapportés par l’ALE avec l’Union européenne, selon les experts en la matière, le Vietnam dispose d’avantages que les autres pays n'ont pas, à condition que les entreprises changent, en suivant les indications et respectant les recommandations requises par les marchés importateurs. Le secteur de la pêche atteindra son objectif de croissance du PIB de plus de 7%, voire plus prochainement.

Texte et photos : Truong Giang/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Le secteur touristique se joint au combat contre le COVID-19 Vu la situation épidémique compliquée dans le monde ainsi qu’au Vietnam, le secteur touristique de la province de Thua Thiên-Huê (Centre) respecte bien les règles fixées dans le cadre de la lutte et la prévention du COVID-19.