02/02/2020 21:41
Selon le ministère vietnamien de la Santé, à partir du 07h00 du 2 février, ce ministère dispose d'un autre téléphone rouge 19 00 90 95 pour conseiller les gens sur les mesures de prévention de l’infection respiratoire aiguë causée par une nouvelle souche de coronavirus (nCoV). Les appels vers cette ligne sont gratuits.
>>Le Vietnam confirme le 7e cas touché par le coronavirus
>>Suspendre les vols entre le Vietnam et la Chine à partir du 1er février
>>Le Vietnam assure la transparence de l'information

Désinfection de classes du lycée Viêt Duc dans l'arrondissement de Hoàn Kiêm, Hanoï, le 2 février. Photo : Thành Dat/VNA/CVN

Le téléphone rouge 19 00 90 95 est mise en œuvre en coopération avec la compagnie générale de télécommunications de l'armée Viettel. Il fonctionne parallèlement à celui 19 00 32 28 et aux autres des hôpitaux en cours de surveillance et d'isolement des patients suspects et infectés par le nCoV.

À Quang Ninh (Nord), à partir de 16h00 du 1er février, tous les citoyens vietnamiens et les touristes étrangers, venus des zones épidémiques entrant au Vietnam via la porte frontière internationale de Mong Cai, doivent entrer dans la zone d’isolement médical pour être surveillés dans 14 jours, selon l’annonce de l’autorité provinciale.

La province de Hâu Giang (Sud) ne signale actuellement aucun cas de contamination du nCoV. Cependant, la province donne aux élèves et étudiants une pause scolaire d'une semaine pour prévenir l’épidémie.

À Kiên Giang (Sud), 27 groupes de résilience rapide au nCoV ont été créés tandis qu’à la ville de Huê (Centre), un exercice pour lutter contre le coronavirus a été organisé dans l’Hôpital centrale de Huê.

Resserrer la gestion des personnes revenant des zones épidémiques

Selon le Service de la santé de la province de Phu Tho (Nord), ce secteur est en train de mettre en quarantaine et de surveiller un travailleur retourné au Vietnam le 16 janvier du Fujian en Chine. Le patient est testé et attend les résultats. Le service a affirmé le 1er février qu'aucun cas de nCoV n'avait été signalé dans la localité.

La ville portuaire de Hai Phong (Nord) ne détecte aucun cas touché par ce virus meurtrier. Cependant, le service municipal de la santé est en train de surveiller étroitement la santé de quatre patients suspects, dont un Chinois. Pour la prévention de l’apparition de cette maladie dans la ville, Hai Phong a temporairement suspendu l'entrée des passagers et la réception des vols en provenance de zones frappées par le coronavirus.

À Thai Binh (Nord), la Polyclinique provincial isole et surveille deux personnes rentrées de Taïwan et du Guangxi (Chine) en raison d'une suspicion d'infection du nCoV. Selon la Police de Thai Binh, la province compte actuellement 684 travailleurs étrangers et touristes, dont 427 Chinois et 100 Taïwanais. Par conséquent, cette province resserre la gestion des personnes revenant des zones épidémiques.

À Ninh Binh, trois personnes suspectes : un Vietnamien et deux Chinois, sont isolés dans la Polyclinique provincial.

Le nCoV, qui est apparue dans la province de Wuhan en Chine, a fait 304 morts dans l'ensemble de ce pays et un à l’étranger. 14.550 cas de contamination ont été recensés dans le monde, l’épidémie a touché 26 pays et territoires.

Le Vietnam a détecté sept cas de nCoV : deux père et fils chinois, trois citoyens vietnamiens revenus de Wuhan, un réceptionniste ayant des contacts étroits avec des Chinois infectés. Le 1er janvier, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a signé une décision sur la déclaration de l’épidémie de coronavirus au Vietnam.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

COVID-19 : Quang Nam, une destination sûre et conviviale Jusqu'à présent, il n'y a eu aucun cas de COVID-19 dans la province centrale de Quang Nam. Par conséquent, toutes les activités touristiques dans cette locailité se déroulent toujours normalement. C’est ce qu’a déclaré mercredi 19 février le président du Comité populaire provincial Lê Tri Thanh.