28/12/2017 23:43
Vous souhaitez poursuivre vos études universitaires dans le domaine de l’économie ? Eh bien, sachez que la France est l’une des meilleures destinations possibles. Sans plus attendre, nous allons passer en revue les avantages que le système universitaire français offre aux étudiants étrangers et partir à la rencontre de quelques Vietnamiens qui, justement, ont étudié dans l’Hexagone.
>>Plusieurs centaines d’étudiants participent à "Bienvenue en France !"
>>Trois grandes villes du Vietnam saluent le forum «Étudier en France» 2014

Nguyên Ba Linh (au milieu) partage avec des étudiants ses expériences d'études en France. Photo : VOV/CVN 

L’enseignement supérieur français est non seulement l’un des meilleurs au monde, mais aussi l’un des plus accessibles sur le plan financier. C’est en effet l’État français qui prend en charge la plus grande partie des frais, aussi bien pour les Français que pour les étrangers.

Par ailleurs, les établissements français délivrent des diplômes conformes aux normes européennes, basés sur une architecture commune appelée "LMD" (pour Licence, Master, Doctorat). Ces diplômes sont bien évidemment largement reconnus de part le monde.

La filière économique, pour en venir au sujet qui nous intéresse, s'adresse à ceux qui savent manier les chiffres, qui ont un goût prononcé pour la géopolitique, les finances publiques et les techniques quantitatives.

"L’économie est un domaine très large, indique Nguyên Ba Linh, titulaire d’un Master de Finance à l’université Paris 2 Panthéon-Assas et actuellement Chargée de mission à l’ambassade de France. Il y a des domaines spécialisés où on doit être bon dans les chiffres. Mais il y a aussi d’autres domaines comme le marketing qui demandent surtout un certain niveau de créativité et de véritables aptitudes stratégiques. Il vaut mieux connaître ses points forts et ses points faibles pour être sûr de choisir la bonne formation". 

En France, de nombreuses formations sont proposées, susceptibles de correspondre au projet professionnel de chaque étudiant. À l’université, les diplômes vont de bac +2 (DUT) à bac +5 (Master), en passant par la licence professionnelle, dans des spécialités variées : "Techniques de Commercialisation", "Gestion des Entreprises et des Administrations", "Gestion des Ressources Humaines" ou encore "Administration Économique et Sociale".

Du côté des écoles de commerce, beaucoup proposent des cursus alliant commerce, gestion, finance ou management. Accessibles sur concours après une classe préparatoire ou en admission parallèle après un BTS ou un DUT, elles sont très sélectives en raison de la forte demande, mais aboutissent à des diplômes ouvrant souvent bon nombre de portes.

Outre des programmes d’études qui se font en français, les universités françaises proposent de plus en plus de programmes en anglais. Le bachelor connaît aujourd’hui un succès sans précédent en France et le plus connu reste le "Bachelor of Business Administration" des écoles de commerce. Ce cursus anglo-saxon sanctionne le premier cycle d’études supérieures en trois ou quatre ans après le bac. Le bachelor est aussi une bonne alternative pour contourner les classes préparatoires et décrocher in fine un diplôme.

Il y a donc de quoi faire, pour peu que l’on ait une motivation réelle et des objectifs de carrière suffisants. Il reste alors à remplir toutes les formalités d’inscription, ce qui peut se faire grâce à Campus France Vietnam qui est un service officiel de l’Ambassade de France dédié aux étudiants vietnamiens qui font le choix de la France. Après quoi… Eh bien, c’est là que tout commence…

"J’ai choisi la France car ce joli pays possède un système universitaire qui est parmi les meilleurs au monde. C’est aussi l’une des économies les plus développées, nous explique Xuân, Master de Finance à l’IAE, Rennes I, qui travaille actuellement pour la compagnie d’assurance Bao Viêt. L’environnement éducatif est très compétitif. Au début, j’étais très inquiète. Mes camarades venaient de différents pays et la formation était en anglais et en français. J’étais confrontée à de nouveaux concepts en me spécialisant en Finance quantitative, et j’étudiais dans une langue nouvelle ! Je me demandais sérieusement si j’allais obtenir mon diplôme. Qu’est-ce que j’étais angoissée !"

Nguyên My Linh, chargée de Mission de Campus France Vietnam.
Photo : VOV/CVN

Même difficulté pour Nguyên Ba Linh, qui a pourtant été élève au lycée Hanoï-Amsterdam. "Pendant mes six premiers mois en France, j’ai eu des difficultés pour comprendre ce que disaient les professeurs dans l’amphithéâtre, surtout en sciences sociales. Pareil pour les travaux dirigés en groupe. Pas évident de s’intégrer, comme ça, à un nouvel environnement", dit-elle.     

Pas évident, c’est vrai ! Mais en général, les étudiants vietnamiens font preuve d’une capacité d’adaptation des plus remarquables qui soient.

"Par rapport aux étudiants étrangers, les étudiants vietnamiens savent s’adapter rapidement, estime Ba Linh. Ils sont aussi très forts dans des domaines comme la finance, l’économétrie, les mathématiques,… Ils sont en général parmi les meilleurs étudiants".

Même son de cloche du côté de Xuân, qui a rapidement su se faire une place au soleil. "Je me suis calmée en me disant que je ferais de mon mieux, raconte-t-elle. J’étais résolue à être sérieuse aux examens. Et j’ai terminé l’année major de promotion ! De retour, en reprenant mon travail, je me suis sentie plus confiante. Je maîtrise mieux le français et l’anglais, maintenant. Et les capacités d’analyse et de synthèse que j’ai acquis m’aident beaucoup dans la vie professionnelle".

Autre avantage du système universitaire français : la décentralisation. Entendez par là que les établissements sont répartis sur tout le territoire et que l’on peut suivre des études dans des endroits plutôt agréables à vivre, ce qui ne gâche rien à l’affaire, bien au contraire.

Nguyên My Linh, chargée de Mission de Campus France Vietnam, a par exemple décidé de faire sa licence d’économie à l’université de Montpellier. "C’est une petite ville mais qui est très jolie. C’est aussi une ville étudiante, il y a beaucoup d’activités pour les étudiants comme des sorties culturelles, explique-t-elle. À Montpellier, on peut trouver beaucoup d’établissements de formation : des universités, des instituts de management, des IUT, mais aussi des écoles de commerce. La vie est très calme par rapport à Paris. Dans le centre-ville, par contre, les déplacements sont difficiles et tout est beaucoup plus cher". 

Choisir une filière économique est toujours un bon calcul. La filière facilite l’accès à différentes fonctions dans divers secteurs d’activité : PME, banques, assurances, grandes entreprises, organisations publiques… Et la France vous offre tous les atouts!

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite inoubliable à Quang Ninh pour les étudiants de l’IFI

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.