27/01/2019 17:15
À l’approche du Nouvel An lunaire, de nombreux Hanoïens se rendent dans des pépinières pour louer un pêcher et ou un kumquat qui leur servira à décorer leur intérieur. Pour les pépiniéristes, c’est bien évidemment une période faste. 

>>À la découverte d’un jardin de kumquats au village de Tu Liên
>>Triều Khúc, la passion des bonsaïs
>>Hàng Luoc, marché aux fleurs du printemps

Une branche de pêcher en fleurs dans le salon est indispensable pour chaque famille des Vietnamiens lors du Têt traditionnel. Photo: Bùi Phuong/CVN

Le marché des plantes d’agrément est en pleine effervescence. Les rues Lac Long Quân, Nghi Tàm et Lang, ainsi que les marchés aux fleurs sont bondés. "Je loue des pêchers pour mon entreprise, à raison de 50 millions de dôngs chaque. On les rapportera à la pépinière deux semaines après le Têt. La couleur des fleurs de pêcher symbolise le printemps et fait penser aux retrouvailles et à la douceur", dit Nguyên Tuân Phong, un client.

D’après les horticulteurs, cette année, les pêchers donneront les fleurs et les kumquats des fruits exactement au moment du Têt, avec une précision à faire pâlir un horloger suisse.

Des prix variés

Les prix des pêchers varient en fonction de leur taille et de leur forme. Ca va de quelques milliers à plusieurs millions de dôngs. 


"Souvent, les familles choisissent des pêchers qui coûtent de trois à cinq millions de dôngs. Pour les entreprises, c’est entre 30 et 50 millions de dôngs. On reçoit les commandes dès le début du mois de novembre. Pour l’instant, 80% des pêchers de mon jardin sont déjà pris", indique Dô Tuấn Việt, un pépiniériste.

En ce qui concerne les kumquats, les prix varient entre 500.000 et 2 millions de dôngs, toujours en fonction de la taille et de la forme. Les kumquats ayant des formes rares peuvent coûter jusqu’à 30 millions de dôngs.

Mais ces deux dernières années, la tendance est plutôt aux petites plantes, de type bonsaï, qui sont parfaitement adaptées aux appartements. Cela étant, il est assez difficile de donner une forme à un kumquat de petite taille, comme l’explique Nguyên Thi Yên, elle-même pépiniériste. "Il est toujours plus facile de cultiver une plante directement dans le sol. En pot, c’est quand même beaucoup plus difficile. Cette année, j’ai 1.000 kumquats en pot et 100 autres plantés en terre. Les plus chers peuvent coûter de 5 à 10 millions de dôngs", explique-t-elle.

Les Vietnamiens décorent leurs maisons de fleurs et de plantes d’agrément dans l’espoir de s’attirer une nouvelle année paisible et heureuse. C’est une tradition qui est belle dans tous les sens du terme…

VOV/VNA/CVN

 

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Quang Ninh: Câm Pha donne la priorité au secteur touristique Câm Pha, entourée par les deux villes de Ha Long et Vân Dôn dans la province Quang Ninh (Nord), connaît une forte croissance économique. Pour mieux exploiter ses potentiels dans le secteur de "l’industrie sans fumée", la ville a proposé des mesures pour améliorer des qualités des services.