24/02/2019 17:54
Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a fixé son objectif d'atteindre le chiffre d’affaires de produits agricoles à l’exportation entre 42 et 43 milliards de dollars cette année. Pour ce faire, toutes les localités sont mobilisées à fournir des denrées agroalimentaires sûres.

>>Sciences et technologies pour une agriculture moderne
>>L’agriculture vietnamienne sur le chemin de son intégration
>>Vers une agriculture durable au Vietnam

 

La sécurité alimentaire, facteur clé pour augmenter les exportations des produits agricoles en 2019. 


Une conférence sur le déclenchement de plans d’action sur la sécurité alimentaire dans le secteur agricole a été organisée le 21 février par ministère de l'Agriculture et du Développement rural dans la mégapole du Sud, en présence de différents agronomes et organismes concernés des provinces.

Selon Nguyên Nhu Tiêp, directeur du Département de gestion des produits agro-sylvicoles et aquacoles (NAFIQAD), en 2018, la surveillance et la gestion de qualité des engrais, des substances de protection végétale et vétérinaire ont été menées de manière régulière alors que les critères sur la qualité des matières premières dans les filières précitées sont répertoriées de manière à garantir la sécurité agroalimentaire.

Plus précisément, à l’heure actuelle, près de 2.000 producteurs agricoles se sont vu décerner le certificat de bonne pratique agricole VietGap pour une superficie de plus de 80.000 ha, soit supérieure à 61.000 ha par rapport à 2017, quelque 500 entreprises spécialisées dans la production aquatique sont reconnues conformes à la norme VietGap, à quoi s’ajoutent également quelque 300 fermes et 2.500 éleveurs.

Il est à noter que toutes les 63 villes et provinces du pays ont réussi à établir des chaînes de distribution de produits agro-alimentaires sûrs. 
À ce jour, on recense plus de 1.200 chaînes de distribution, plus de 1.400 sortes de produits et plus de 3.100 points de ventes respectueux du processus de contrôle de sécurité alimentaire. Par ailleurs, le nombre d’entreprises qui investit dans l’agriculture s’est engagé à coopérer avec des coopératives en vue de poursuivre la bonne pratique agricole à grande échelle, à citer notamment Vingroup, Dabaco, San Hà et Ba Huân. L’Union des coopératives du Vietnam a également tissé un lien étroit avec une centaine de coopératives agricoles dont la responsabilité est de ravitailler des produits sûrs.

Selon Phung Duc Tiên, vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, la sécurité alimentaire fait partie d’une des tâches de première priorité en 2019, non seulement pour rassurer la consommation domestique mais également, en tant que facteur clé pour élargir les marchés internationaux en la matière, le tout pour parvenir à un chiffre d’affaires de 42-43 milliards de dollars à l’exportation cette année.

Mesures à prendre

 

Le chiffre d’affaires des exportations agricoles devrait passer à 42-43 milliards de dollars en 2019. 


En ce sens, ledit ministère a exhorté des services compétents locaux à mettre en œuvre des programmes d’application de la bonne pratique agricole en vertu des normes, des règlements et des dispositions définis tout en encourageant des acteurs économiques et entreprises en la matière à participer activement et intégralement aux processus de production sûre.

Cao Van Hoa, directeur adjoint du Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Tiên Giang (Sud), a, pour sa part, demandé audit ministère de coopérer avec le ministère de la Santé dans la publication de liste des substances chimiques interdites prévenant ainsi ponctuellement les infractions. En outre, M. Hoa a proposé aux organismes compétents et aux agronomes d’instruire des procédures ainsi que des règlements sur la traçabilité des produits, d’organiser davantage d’entraînements vis-à-vis de la gestion, de la surveillance et du développement des régions de matières premières de façon à favoriser les exportations des produits agricoles sûrs et propres à l’étranger.

 

Texte et photos: Truong Giang/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Prix bas pour rencontres riches Ces dernières années, le fait de passer ses nuits en dortoir est devenu une pratique de plus en plus répandue parmi les visiteurs à Dà Nang. Explications.