21/11/2020 14:00
Le champion olympique 2016 Hoàng Xuân Vinh, doyen de la sélection nationale de tir, ne participera pas aux SEA Games 31, prévus en 2021 au Vietnam. Il veut donner l’opportunité à la jeune génération de concourir dans l’arène régionale.
>>Le tir sportif face au défi des Jeux olympiques de Tokyo
>>Park Chung Gun, l’homme derrière le succès du tir sportif vietnamien

Le tir national est à la recherche de sa nouvelle pépite.
Photo : Sport5/CVN

Le tireur N°1 du Vietnam, Hoàng Xuân Vinh, est connu pour être le premier et seul sportif vietnamien à avoir gagné une médaille d’or aux Jeux olympiques (JO) jusqu’à présent. Aux JO d’été de 2016 à Rio de Janeiro (Brésil), il a remporté l’épreuve de pistolet à 10 m air comprimé, devenant le premier Vietnamien champion olympique. Quelques jours plus tard, il obtenait en plus la médaille d’argent à l’épreuve de pistolet à 50 m.

Et pourtant, Hoàng Xuân Vinh ne s’est pas inscrit au dernier tournoi national des meilleurs tireurs, qui s’est récemment tenu en octobre au Centre national d’entraînement sportif de Hanoï. Il n’y est apparu que pour aider ses jeunes confrères à se perfectionner ou lors des cérémonies de remise des prix. Une image qui représente la transmission du flambeau entre une génération brillante de tireurs et une nouvelle, porteuse des espoirs nationaux.

Donner leur chance aux jeunes sportifs

Selon la vice-présidente et secrétaire générale de la Fédération nationale de tir Nguyên Thi Nhung, ce tournoi national pour les meilleurs tireurs avait pour objectif de sélectionner les sportifs les plus prometteurs en vue des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31) qui auront lieu en 2021 au Vietnam. "Voulant donner des opportunités aux jeunes sportifs de concourir pour une place dans l’équipe nationale, ce bon tireur de 46 ans ne s’y est pas inscrit", explique-t-elle.

D’après elle, Hoàng Xuân Vinh est un tireur expérimenté qui a participé à de nombreux tournois internationaux. S’il continue de participer à des compétitions nationales, il n’y aura aucune chance pour les jeunes sportifs.

"Peut-être que le champion olympique 2016 ne participera pas aussi aux prochains tournois nationaux. Il se concentrera sur les compétitions internationales, en l’occurrence la Coupe du monde de tir afin gagner un billet pour les JO qui se dérouleront au Japon l’année prochaine", informe Nguyên Thi Nhung, qui est également entraîneuse en chef de la sélection nationale de tir.

Le tireur Hoàng Xuân Vinh (1er à droite) est déterminé à valider son billet pour les JO de Tokyo en 2021.
Photo : CTV/CVN

Pour l’heure, l’écart de niveau est encore important entre les jeunes tireurs et les deux doyens de la sélection nationale que sont Hoàng Xuân Vinh et Trân Quôc Cuong. C’est la raison pour laquelle "ces deux grands noms sont toujours les pivots du tir national. Le but étant de se qualifier pour les JO de Tokyo", estime-t-elle.

La cible actuelle de Hoàng Xuân Vinh est d’atteindre son pic de forme au moment de la Coupe du monde de tir. "Il s’agira du dernier tournoi international permettant au tir vietnamien de valider son billet pour les JO de Tokyo", insiste-t-il.

Cette année, en raison de la pandémie de COVID-19, presque toutes les grandes compétitions internationales ont été annulées ou reportées, de sorte que les performances et réalisations des tireurs en ont été grandement affectées. La date et le lieu de la future Coupe du monde de tir sont d’ailleurs toujours inconnus. "Tout dépend de l’évolution de l’épidémie. Je souhaite qu’elle soit bientôt maîtrisée dans le monde entier afin que les compétitions puissent reprendre", exprime Nguyên Thi Nhung.    

Bien qu’il ne participe pas aux SEA Games 31, Hoàng Xuân Vinh continuera de s’entraîner au sein de la sélection nationale. Le champion olympique 2016 apparaîtra comme une personne inspirante pour la nouvelle génération du tir vietnamien.

Encore six ou huit ans d’attente

Aux JO 2016, pour la première fois dans son histoire, le sport vietnamien a remporté la prestigieuse médaille d’or à la plus grande compétition de la planète. Quatre ans plus tard, Hoàng Xuân Vinh est toujours aussi humble : "Maintenant, je ne suis plus jeune. Le fait que je ne prenne pas part à des tournois nationaux permettra de donner des opportunités aux jeunes sportifs. C’est aussi un moment opportun pour faire plus ample connaissance et soutenir l’entraîneuse en chef Nguyên Thi Nhung et l’expert sud-coréen Park Chung Gun dans la formation des successeurs pour l’équipe nationale. J’espère que dans l’avenir, nous gagnerons de nouvelles médailles d’or olympiques".

Cependant, afin que son rêve devienne réalité, le sport vietnamien a encore du pain sur la planche. "Pour avoir des tireurs d’élite comme Xuân Vinh et Quôc Cuong, les localités doivent être équipées d’un meilleur matériel d’entraînement au service de la formation. Les jeunes talents y seront sélectionnés puis envoyés se former davantage au sein de l’équipe nationale pour améliorer leurs performances", selon Nguyên Thi Nhung.

Les jeunes donneront une plus grande impulsion à la sélection nationale. "La route est encore très longue. Je pense que nous devrons attendre au moins six à huit ans pour que le tir vietnamien soit de nouveau présent aux Jeux olympiques", conclut-elle. 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.