20/08/2017 15:58
En tenue d'Eve ou costumées, les troupes du festival international de théâtre de rue d'Aurillac (Cantal) n'ont pas froid aux yeux et exhiberont du 23 au 26 août le corps dans tous ses états.
>>"Coexister", comédie de Fabrice Eboué sur la cohabitation entre religions
>>Un film français pour l'ouverture du festival du film de Locarno
>>La musique colorée de Messiaen fait vibrer la Meije depuis 20 ans

Un spectacle dans le cadre du festival d'Aurillac, en France.
Photo : AFP/VNA/CVN


Plus de 120.000 personnes sont attendues pour cette 32e édition "à la fois sérieuse et déglinguée", selon son directeur Jean-Marie Songy.

Dix-huit compagnies officielles ont été invitées, présentant treize créations de l'année.

En marge de la programmation officielle, plus de 600 compagnies - dont près de 60 étrangères, originaires de Belgique, Suisse, Danemark, Irlande, Royaume-Uni, République de Corée ou encore Algérie - se produiront dans les rues, squares et même dans un parking souterrain du centre-ville.

Après avoir fêté son trentième anniversaire deux ans de suite, l'édition 2017 a été baptisée "année 69". "C'est une divagation, un état d'esprit que nous avons voulu célébrer dans un contexte où le monde est hyper-tendu au niveau national comme à l'international. On a envie de dire aux gens +faites l'amour, pas la guerre+", explique M. Songy.

Tenues d'Eve

Dans Dévêtu(e), la compagnie Thé à la Rue osera ainsi toutes les nudités, sans tabou ni provocation, pour inviter le spectateur en peignoir à s'interroger sur son rapport au corps dans une ambiance entre thalasso et fête foraine.

Tirée à quatre épingles, la compagnie Cirkatomik organisera pour sa part Le Défilé de Mode des Petites Coutures, un spectacle participatif réunissant une trentaine de bénévoles aidés par une équipe professionnelle qui défileront sur scène vêtus de robes et costumes plus incongrus les uns que les autres - en verre, pneus, ustensiles de cuisine, végétaux... - conçus en partie avec les habitants d'Aurillac.

Avec le spectacle Les Tondues, la compagnie Les Arts Oseurs évoquera ces quelque 20.000 femmes tondues après la Libération sur les places publiques pour avoir eu des relations privilégiées avec l'ennemi allemand.

"C'est un spectacle très fort, où il est difficile de ne pas verser une larme", souligne le directeur du festival, le plus important du genre en France avec celui de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

Le corps humain sera aussi au menu de "La recette des corps perdus", où les spectateurs cannibales seront invités à "dévorer" membres et organes des acteurs de la compagnie Ilotopie.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).