15/09/2013 09:28
À partir de l’année scolaire 2013-2014, le ministère de l’Éducation et de la Formation encourage les instituteurs de première classe (l’équivalant du CP) à faire des remarques aux enfants plutôt que de les noter. Le but est de limiter la pression des notes et d’éviter la course au mérite.


 
Que tous nos jeunes aiment aller à l’école ! Photo : Thanh Tùng/VNA/CVN


Cette année, le ministère de l’Éducation et de la Formation a demandé aux enseignants d’éviter de comparer les élèves entre eux et de les réprimander dans n’importe quelle situation.

Prenant connaissance de cette information, Lê Thi Thu, mère d’un élève dans le 10e arron-issement d’Hô Chi Minh-Ville, ne cache pas sa satisfaction : «On peut éviter la comparaison entre élèves quand on ne leur donne pas de notes».

Comme Lê Thi Thu et d’autres parents, le père d’un élève de l’école primaire Lê Ngoc Hân, dans le 1er arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, souhaite voir son enfant et les autres élèves aimer aller à l’école. «Les nouvelles instructions du ministère de l’Éducation et de la Formation contribueront à diminuer les cours préparatoires avant d’entrer en première classe dont le but est de faire obtenir de bonnes notes aux jeunes élèves», déclare-t-il. Selon lui, cela permettra de réduire la pression induite par l’obsession des résultats d’étude des élèves, enseignants et parents.

Néanmoins, d’assez nombreux parents d’élèves se soucient de cette nouvelle réglementation. Mme Trâm, mère d’une petite fille vivant dans la rue Phan Chu Trinh à Hanoi, partage : «Les notes contribuent à encourager les enfants et aident les parents à mieux connaître le niveau de leurs enfants».

Pour l’enseignante Thu Huyên, directrice adjoint de l’école primaire Mai Dich à Câu Giây, à Hanoi, la nouvelle réglementation du ministère de l’Éducation et de la Formation va permettre d’éviter la pression aux élèves et aux parents. Toutefois, faire des remarques à chaque enfant dans une classe de 50 élèves ne sera pas facile.

Selon l’agrégé Pham Duc Chuân, du Centre de recherche en pédopsychologie NT, rue Kim Ma à Hanoi), la pression que subissent les élèves de première classe ne résulte pas des notes, mais d’un programme surchargé, auquel s’ajoute l’obsession des résultats dans l’école comme dans la famille. Et faire des remarques subjectives n’est pas facile.

Comment faire pour encourager les élèves ?

Comment évaluer le niveau des élèves ? Par quel moyen les parents peuvent connaître le niveau de leurs enfants ? Quelles remarques faire pour encourager les enfants ? Telles sont les questions posées par des parents, enseignants et responsables d’écoles sur la nouvelle réglementation du ministère de l’Éducation et de la Formation.

«C’est mieux pour les enseignants de faire parvenir aux parents des informations sur les faiblesses des élèves pour, ensemble, les aider dans leurs études», souhaite Dang Quang Thành, père d’un élève de l’école primaire Luong Thê Vinh dans le 1er arrondissement de Hô Chi Minh-Ville.

 

Les enseignants doivent davantage s’occuper de leurs élèves afin d’être en mesure de leur faire des remarques exactes. Photo : Ngoc Miêng/VNA/CVN


Le ministère de l’Éducation et de la Formation et ses services devraient définir des informations précises sur les critères d’évaluation des élèves.

Les enseignants, quant à eux, doivent davantage s’occuper de leurs élèves afin d’être en mesure de leur faire des remarques exactes.

Selon Nguyên Quang Vinh, chef du Bureau de l’éducation primaire du Service de l’éducation et de la formation de Hô Chi Minh-Ville, son service recueille actuellement des idées et propositions de responsables du Bureau de l’éducation des 24 arrondissements et districts avant de définir les critères d’évaluation des élèves.

Dang Huê/CVN





Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.