09/04/2021 21:58
Les moins de 55 ans ayant déjà été vaccinés avec une première dose d'AstraZeneca se verront proposer un vaccin différent pour la 2e dose, ont annoncé vendredi 9 avril les autorités de santé, au moment où l'exécutif français espère freiner la troisième vague de l'épidémie de COVID-19.
>>Le point sur la pandémie dans le monde
>>Le combat contre le COVID-19 de plus en plus chaotique au Brésil

Des personnes vont se faire vacciner à Nice le 9 avril.
Photo : AFP/VNA/CVN

La Haute autorité de santé (HAS) a officialisé vendredi matin 9 avril cette nouvelle règle, jugée "totalement logique" par le ministre de la Santé, Olivier Véran, pour les plus de 500.000 personnes concernées, dont il fait lui-même partie, puisqu'il avait reçu sa première injection début février en tant que professionnel de santé.

Concrètement, une personne de moins de 55 ans vaccinée avec l'AstraZeneca aura un rappel avec un vaccin à ARN messager, soit celui de Pfizer/BioNTech, soit celui de Moderna, a indiqué la HAS.

Pour les autorités sanitaires, il s'agit de résoudre un nouveau casse-tête provoqué par le vaccin du laboratoire anglo-suédois, dont le parcours chaotique est lié notamment au risque de thromboses (caillots sanguins) atypiques qu'il provoque de manière exceptionnelle.

Le 2 février, juste après son autorisation, il est d'abord réservé aux moins de 65 ans en France, faute de données sur son efficacité chez les plus âgés. Un mois plus tard, son utilisation est élargie aux seniors.

Record de piqûres

Mais à la mi-mars, le vaccin est suspendu quelques jours après des signalements en Europe de thromboses. Entretemps, la France avait décidé le 19 mars de l'injecter uniquement aux plus de 55 ans, car ces thromboses rarissimes ont surtout été observées chez des sujets plus jeunes. Restait donc à trouver une solution pour 533.000 personnes de moins de 55 ans, en majorité des soignants, ayant reçu une première dose d'AstraZeneca.

Une infirmière prépare une dose de vaccin AstraZeneca, le 17 février à Malmö, en Suède.
Photo : AFP/VNA/CVN

D'autres pays ont également fixé des limites d'âge, mais sans forcément choisir la même. AstraZeneca est par exemple réservé aux plus de 30 ans au Royaume-Uni, où il a massivement été utilisé et où la campagne vaccinale est beaucoup plus avancée, aux plus de 60 ans en Allemagne, ou de 65 ans en Suède.

Plus de trois mois après le début de la campagne vaccinale, le ministre de la Santé s'est félicité d'un record battu jeudi 8 avril, avec 437.000 piqûres sur une seule journée, qui a aussi vu la France dépasser les 10 millions de premières doses injectées.

Alors qu'environ 12 millions de doses doivent être livrées à la France en avril, Olivier Véran a rappelé les prochains caps fixés par le gouvernement : 20 millions de premières doses injectées à la mi-mai, 30 millions à la mi-juin, en ouvrant la vaccination aux 60-69 ans à la mi-avril.

Pas encore le pic à l'hôpital

La cadence de la campagne est un enjeu crucial, au moment où la France affronte une violente troisième vague épidémique, marquée par un très fort afflux de malades à l'hôpital et dans les services de réanimation, et par un nombre de décès reparti à la hausse la semaine dernière (2.032 contre 1.842 la semaine précédente), selon le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France.

Emmanuel Macron devait se rendre vendredi 9 avril dans l'usine du groupe Delpharm, qui a commencé cette semaine, pour la première fois en France, à embouteiller les vaccins de Pfizer/BioNtech.

Après quatre jours d'école à la maison et à la veille de deux semaines de vacances scolaires unifiées et confinées, l'exécutif guette les premiers signes de freinage de la circulation du virus. Dans son bulletin hebdomadaire, Santé publique France a noté que l'augmentation du nombre de nouveaux cas, qui dure depuis "quatre semaines", était "moins marquée" la semaine dernière, avec un taux de positivité en baisse (de 8,2% à 7,5%) également.

"Les efforts des Français seront payants", a assuré le ministre de la Santé, qui préfère parler prudemment de "tendance à la stabilisation" plutôt que de "reflux".

Mais le "pic sanitaire" à l'hôpital, "nous ne l'avons pas atteint, c'est tout à fait normal puisqu'hélas le pic sanitaire succède au pic épidémique".

La pression sur les services de réanimation reste très forte, avec plus de 5.700 malades du COVID-19 accueillis jeudi 8 avril, au-dessus des capacités normales du pays, une situation qui oblige les hôpitaux à déprogrammer des opérations moins urgentes pour parer au plus pressé. À l'heure actuelle, près de 8.000 lits de réanimation sont disponibles en France.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un ingénieur passionné de lego

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.