28/12/2018 23:59
La province de Bac Liêu (Sud) recense environ 70.000 Khmers, soit 8% de sa population. Ces dernières années, outre les politiques spécifiques du Parti et de l’État, les autorités provinciales ont donné des priorités aux Khmers afin qu’ils améliorent leur niveau de vie sous tous les aspects.
>>Bac Liêu : voeux aux Khmers à l’occasion de la fête Chol Chnam Thmay
>>Les couleurs culturelles des Khmers du Nam Bô

Le chemin vicinal du hameau de Soc Dôn (commune de Hung Hoi, district de Vinh Loi) a été bétonné. 

Concrètement, la vie de l’ethnie khmère et la physionomie des hameaux et communes khmers de Bac Liêu ont changé jour après jour. Selon un rapport du Département des ethnies minoritaires de Bac Liêu, en 2018, cette province a investi environ 28.224 milliards de dôngs dans 10 communes et 41 hameaux en très grande difficulté, dont les fonds du Programme 135 destinés aux travaux d’aménagement (construction d’infrastructures, réparation d’ouvrages, aide au développement de la production,  diversification des moyens de subsistance, multiplication des modèles de réduction de la pauvreté, formation et renforcement des capacités des autorités villageoises et communales).

Dans certaines localités de la province de nouvelles rues, de nouvelles maisons de la culture ont été construites, et des animaux d'élevage ont été offerts à 197 familles en difficulté.

Grâce à la mise en œuvre de suffisamment de programmes  du gouvernement, tels qu’aides en termes de logement, de terrains de production, de capitaux pour le développement économique, de dons de cartes d'assurance maladie, le taux de familles pauvres a diminué fortement.

Ces dernières années, les Khmers ont toujours été assurés de bénéficier de conditions nécessaires pour sortir durablement de la pauvreté. De nombreuses  politiques et régimes spécifiques du Parti et de l'État en matière de santé, d'éducation, d'eau potable, d'électricité, d’environnement, de formation professionnelle, d'emplois, d'accès à l'information et aux connaissances juridiques ont été mises en œuvre.

Vinh Loi, exemple typique du renouveau

Récolte de riz par une moissonneuse-batteuse dans la commune de Vinh Trach.

À Hung Hoi, commune du district de Vinh Loi où 70% de la population est khmère, beaucoup de familles sont sortis de la pauverté. M. Lam Anh Tuân, président du comité populaire de la commune, a déclaré avec fierté que le nombre de familles pauvres est passé de 600 en 2015  à 172  en 2018. Les Khmers bénéficient de prêts préférentiels octroyés par le Programme 135, la banque des politiques sociales, ainsi que d’aides en termes de santé et d'éducation.

De nombreuses familles se sont même enrichies. Celle de M. Thach, résidant dans le hameau de Cu Lao (Vinh Loi), vient de sortir de la liste de ménages pauvres en 2018. Grâce aux prêts préférentiels du Programme 135, il a investi dans l’élevage porcin. Sa famille de 6 personnes a désormais des revenus stables, permettant non seulement de couvrir les dépenses et besoins quotidiens, mais aussi de réparer la maison.

Mme Hong Sen a développé de nouvelles techniques pour mieux protéger ses goyaviers.

Son Thi Hông Sen, du hameau de Cai Gia, commune de Hung Hoi, district de Vinh Loi, grâce à ses connaissances en agriculture acquises à l'université et à son expérience dans une entreprise, s’est lancée dans la production de goyaviers. Ses résultats ont été remarquables, et elle a décidé de développer son verger avec 300 arbres, qui lui rapporte de 5 à 6 millions de dôngs par mois. Actuellement, elle et sa famille ont l’ambition de passer à 700 pieds.

Dans le même hameau, la famille de Lâm Dai Hoàng a appliqué un modèle de culture de légumes "propres", avec réduction de 90%  des produits phytopharmaceutiques et de 60% des engrais chimiques. Avec seulement 700 m², sa famille gagne 25 millions de dôngs par an.

Selon le Service de l'agriculture et du développement rural de Bac Liêu, les localités de la province ont construit des dizaines de modèles de production efficaces au service du développement de la production agricole durable pour les agriculteurs pauvres, khmers surtout. Concrètement, ces modèles sont, entre autres, élevage de crevettes et canards, de sangsues, culture de champignons, de pastèques sans pépins... Grâce à l’application de ces modèles et des nouvelles techniques agricoles, de nombreux ménages khmers ont une source de revenus stable et donc une meilleure qualité de vie.

Près de 95% des ménages khmers de la province bénéficient de l’électricité et de l'eau potable. En outre, 40 communes isolées sur 50 disposent de voies de communication bétonnées. La majorité des ménages pauvres vivent dans une maison en dur, ont une formation professionnelle, bénéficient d’aides étatiques pour le développement de l'élevage. Et beaucoup d'enfants khmers ayant bénéficié d'un soutien dans leurs études sont devenus d’excellents fonctionnaires contribuant au développement de la province.

Texte et photos: Quang Châu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.