14/12/2019 07:46
L’Assemblée nationale de la XIVe législature a adopté, lors de sa récente 8e session, avec 89,44% des voix, une résolution approuvant le plan global de développement socio-économique pour les groupes ethniques minoritaires, les régions défavorisées et montagneuses.
>>Le processus de ratification et d’approbation de l'APV/FLEGT s’achève
>>Secteur agricole, sylvicole et aquatique: les dix événements les plus marquants en 2018
>>Promouvoir le commerce de bois légal

Le plan global de développement socio-économique pour les groupes de minorités ethniques, les régions défavorisées et montagneuses sera mené de 2021 à 2030. La priorité est donnée au règlement de la pénurie de logements, de terres de production, d’eau pour la consommation quotidienne, de développement de la production agro-forestière, de produits manufacturés dans la chaîne de valeur, d’investissements dans des infrastructures clés permettant une réduction rapide et durable de la pauvreté, à l’édification d’un système politique fort au niveau local et au renfor-cement de la grande unité nationale.

La ferme de pamplemousses de la famille de Dang Thi Thu (ethnie Dao) dans le district de Yên Son, province de Tuyên Quang (Nord).  Photo : VNA/CVN

Ce plan directeur vise à exploiter au mieux les atouts et avantages des zones peuplées de minorités ethniques, des zones montagneuses et particulièrement défavorisées. Il a également pour objet d’améliorer la qualité des cadres, des fonctionnaires, des employés du secteur public et des travailleurs issus des minorités ethniques et de consolider la grande union interethnique… Il vise à plus que doubler le revenu moyen des minorités ethniques à partir de 2020, réduisant de plus de 3 points de pourcentage le taux de familles pauvres dans les régions peuplées de minorités ethniques et permettant à 99% des familles d’avoir accès au réseau électrique national d’ici 2025.

D’ici 2030, le revenu moyen des minorités ethniques représentera la moitié de la moyenne nationale, le taux de pauvreté sera ramené à moins de 10%. Par ailleurs, 70% des communes satisferont aux critères de la Nouvelle ruralité. Jusqu’à 40% des membres de minorités ethniques pourraient travailler dans l’industrie, l’artisanat, le tourisme et les services chaque année. Plus de 85% des communes et villages dans les régions montagneuses devraient également disposer d’infrastructures suffisantes pour répondre à la demande de développement socio-économique.

Le Vietnam recense plus de 1,6 million de foyers pauvres, dont 864.931 issus d’ethnies minoritaires, soit 52,66%. Le revenu des minorités ethniques dans certaines régions représente seulement un tiers de la moyenne nationale. Le pays compte 53 ethnies minoritaires, dont 16 de moins de 10.000 membres et 4 de moins d’un millier. Ces dernières années, la mise en œuvre de politiques en leur faveur a obtenu des résultats encourageants, sous la direction du gouvernement, des ministères, branches et localités.

Régions montagneuses :
nouvelle physionomie


Assister les minorités ethniques et soutenir le développement socio-économique des régions où elles vivent relèvent de la responsabilité de tout le système politique. Cependant, les habitants rencontrent encore bon nombre de difficultés. Conditions climatiques difficiles, épidémies, catastrophes naturelles ou encore faible niveau de qualification professionnelle sont autant d’obstacles au développement.

Grâce aux politiques favorables de l’État, les conditions de vie des minoritaires ethniques sont considérablement améliorées. Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Après 15 ans de mise en œuvre de la Résolution No37 datée du 1er juillet 2004 du Bureau politique concernant le développement socio-économique et la garantie de la défense nationale pour les régions montagneuses du Nord, ces régions affichent une nouvelle physionomie. Pendant la période 2006-2018, près de 2,2 millions d’emplois ont été créés. Rien qu’au premier semestre de 2019, plus de 710.000 personnes ont trouvé un emploi. Le taux de pauvreté de ces régions est passé de 38,72% en 2005 à 25,77% en 2015, et à 15,82% en 2018. De plus, elles comptent 7 districts qui sont sortis de la pauvreté et 72 communes répondant aux normes de la Nouvelle ruralité. En 2018, près de 700.000 habitants locaux ont bénéficié d’allocations sociales et de la couverture santé. Cependant, à côté de ces résultats encourageants, ces régions doivent faire face à de nombreux grands défis parmi lesquels la faible  qualité de la main-d’œuvre ainsi qu’un taux de pauvreté assez élevé chez les ethnies minoritaires notamment dans les provinces de Hà Giang, Cao Bang et  Lai Châu.

Selon une nouvelle étude de la Banque mondiale, la connexion des infrastructures, la connexion économique, les liens entre les marchés et la mobilité du marché du travail figurent parmi les principaux facteurs permettant à certains groupes ethniques d’atteindre un niveau de développement plus haut que d’autres. Les autres facteurs incluent la disponibilité de matériaux de production, les possibilités d’accès aux services éducatifs et médicaux, la gouvernance locale, les relations entre les deux sexes et les possibilités d’accès aux soutiens externes, notamment. En éclairant ces facteurs, l’étude intitulée “Les facteurs du développement socio-économique des mino-rités ethniques au Vietnam” devrait contribuer à la révision des politiques en leur faveur. L’étude suggère que les futures politiques devraient mettre l’accent sur l’investissement modéré dans le soutien à la production et le développement des capacités, l’accès au marché du travail et l’autonomisation économique des femmes.
 
Thê Linh/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

La Dans un contexte de déplacements limités et de sentiment d’insécurité, les mini-voyages à proximité du domicile sont en plein essor dans le monde entier y compris au Vietnam.