06/09/2020 16:43
Proches de la victime, familles ou militants parfois armés, quelques centaines de personnes se sont rassemblées samedi 5 septembre dans un parc près de Portland pour saluer la mémoire d'Aaron Danielson, tué une semaine plus tôt par un homme se réclamant de la mouvance antifasciste.
>>États-Unis: un mort à Portland en marge de heurts entre manifestants

Prières à la mémoire d'Aaron J Danielson, tué le 29 août pendant un affrontement avec des manifestants antiracistes, le 5 septembre 2020 à Vancouver. Photo : AFP/VNA/CVN

Pour certains participants, membres du groupuscule extrémiste local Patriot Prayer auquel appartenait la victime, le drame confirme que l'Amérique est plongée dans la "guerre civile". Et, comme le président Donald Trump le répète à l'envi, que ses valeurs traditionnelles sont attaquées par l'ultra-gauche et les mouvements antiracistes.

Aaron Danielson, 39 ans, membre d'un groupe local d'extrême droite, Patriot Prayer, a été abattu samedi 5 septembre dans cette grande ville du Nord-Ouest des États-Unis, où des partisans de Donald Trump étaient venus défier les militants du mouvement Black Lives Matter.

Suspect de ce crime, Michael Reinoehl, 48 ans et habitué des manifestations antiracistes organisées depuis 100 jours à Portland, est mort cinq jours plus tard lors de son interpellation par des forces fédérales. Il se cachait à environ 200 km au nord de Portland et a sorti une arme à feu en voyant les policiers.

Les circonstances de la mort de M. Danielson, surnommé "Jay" par ses amis, sont encore floues et font l'objet d'une enquête. Mais Michael Reinoehl avait reconnu à demi-mot quelques heures plus tôt dans une interview à Vice News avoir tué Aaron Danielson.

"Nous sommes au cœur d'une guerre civile entre le bien et le mal. Le bien ce sont tous les gens que vous voyez ici, le mal ce sont les libéraux qui laissent détruire nos villes par les +antifas+, +Black Lives Matter+ ou quel que soit le nom que vous leur donnez", déclare à l'AFP Dann, quinquagénaire rondouillard qui a côtoyé la victime au sein de Patriot Prayer.

Il désigne de la main les familles alignées près d'un imposant barbecue où grillent des saucisses, au milieu des chaises de camping et des nombreux drapeaux américains déployés pour l'occasion.

Sans l'hommage à la victime et les fusils d'assaut ou pistolets portés par quelques groupes d'hommes, avec casquette et barbe, l'ambiance serait presque à la fête dans ce grand jardin public de Vancouver, à un quart d'heure seulement au nord de Portland. Mais l'humeur de Dann est sombre. "Les deux mois qui s'annoncent jusqu'à l'élection présidentielle vont être horribles. Il va y avoir encore plus de violence, d'insultes", prédit-il.

"On voit que les antifas, et même Black Lives Matter, essayent de détruire la famille américaine et ont des valeurs marxistes, c'est dans leur manuel d'entraînement. Et nous sommes contre ça", renchérit Daparu De Crusha, 51 ans, un long skateboard à la main et un petit pistolet à la ceinture. Il est convaincu que son camarade "Jay" n'a pas été abattu par hasard. "Je crois que c'était orchestré, c'était une chasse. Il devait y avoir un sacrifice humain ce soir-là et Jay Danielson a été leur victime", lance cet ancien publicitaire.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.