07/10/2017 08:00
Cette année, le Vietnam a décidé de porter la croissance du crédit de l’ordre de 21-22%, à comparer aux 18% planifiés, en veillant aux évolutions macroéconomiques et aux conditions d’activité du système bancaire. Objectif de la manœuvre : doper la croissance économique.
>>Une résolution sur le traitement des créances douteuses
>>Les signaux sont au vert sur le marché monétaire
>>Baisse du taux d’intérêt des prêts à court terme

La croissance du crédit entre janvier et août a atteint 11,5% par rapport à la fin de 2016, contribuant largement à l’essor de la production et du commerce. En revanche, les prêts immobiliers ont, eux, diminué, en raison d’un resserrement des conditions d’octroi. Les crédits à court terme occupent 45,9% et ceux à moyen et à long termes, 54,1%.

Le crédit a observé entre janvier et août une croissance de 11,5% par rapport à la fin de l’année 2016.   Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

Si les crédits en dông représentent 91% du total, la Banque d’État du Vietnam (BEV) a averti d’une croissance anormale du crédit en devises sur les huit premiers mois de l’année (+11,5% contre +1,7% durant la même période de l’an dernier). Elle a tout récemment envoyé une directive aux institutions de crédits domestiques et aux filiales des banques étrangères au Vietnam, demandant un contrôle sévère de la croissance du crédit en devises.

Les prêts encouragés dans plusieurs secteurs

Selon la vice-gouverneure de la BEV, Nguyên Thi Hông, la fourniture de prêts est toujours encouragée dans les secteurs prioritaires que sont la restructuration de l’agriculture et le développement de l’aquiculture, l’industrie auxiliaire, les entreprises d’export, des hautes technologies et les PME. L’évolution globale de l’encours du crédit est conforme aux conditions macro-économiques et aux orientations de gestion de la BEV. Elle est à mettre en lien avec une nette amélioration des activités de production et de commerce.

La BEV affirme vouloir continuer de contrôler rigoureusement les crédits accordés au secteur immobilier, aux projets de communication réalisés par convention BOT (Bâtir - Opérer - Transférer) et BT (Bâtir - Transférer), ainsi qu’aux grands comptes pour les prêts de moyen ou de long termes. Le Vietnam visait cette année une croissance du crédit de l’ordre de 18%, en veillant aux évolutions macroéconomiques et aux conditions d’activité du système bancaire.

Aux estimations du gouverneur de la BEV, Lê Minh Hung, la croissance du crédit observée au premier trimestre - la plus élevée de ces six dernières années - montre la capacité d’emprunt des entreprises et une nette amélioration des bénéfices des banques.

La décision d’autoriser la hausse du crédit à 21-22% est donc une stratégie rationnelle pour doper la croissance du Produit intérieur brut (PIB), dans l’objectif d’atteindre une croissance de 6,7% cette année. Suite à la décision de la BEV, une série de banques commerciales ont annoncé leur plan d’élargissement de l’encours de crédit.

Fin juin 2017, plusieurs banques flirtaient avec la limite maximale du taux de croissance du crédit autorisée. Par exemple, Quôc Tê (VIB) a atteint sur le premier semestre une croissance de 15,7% contre le plafond toléré de 16% en 2017; A Châu (ACB), 11,15% contre 16% ; HDBank, 18% contre 20%; MBBank, 14,6% contre 16%. Même scénario pour les trois grandes banques que sont la BIDV (11,4% contre 18%), la Vietcombank (13,86% contre 15%), et la Vietinbank (10,2% contre 16%). 

La fourniture de prêts est toujours encouragée dans les secteurs prioritaires que sont la restructuration de l’agriculture et le développement de l’aquiculture, l’industrie auxiliaire, les entreprises d’export, des hautes technologies et les PME.   Photo : VNA/CVN

Priorité à la stabilité économique

Le gouvernement a donné son feu vert pour que la croissance du crédit atteigne 21-22% en 2017, contre l’objectif de 18% fixé au début de l’année. Ainsi, environ 578.000 milliards de dôngs seront injectés dans le marché d’ici la fin de l’année.
La BEV continue de prôner une grande flexibilité dans l’application de sa politique monétaire, dans un contexte d’évolution économique nationale et mondiale qui n’est pas encore favorable. Elle doit en même temps maîtriser l’inflation, soutenir la croissance et maintenir la stabilité des taux de change. Ces objectifs sont parfois contradictoires et demandent une très grande flexibilité dans la planification, la gestion et l’utilisation des instruments de politique monétaire.

La BEV reste néanmoins d’une grande fermeté dans l’optique de maintenir la stabilité économique et d’assurer un taux de croissance élevé à moyen terme. Maîtriser l’inflation à 4% est donc l’objectif à atteindre en termes de planification et de pilotage de la politique monétaire. Le secteur bancaire devrait donc continuer à maintenir le plafonnement des taux d’intérêt des dépôts, et s’efforcer de réduire les taux d’intérêt des crédits, notamment de ceux à moyen et long termes.

Thê Linh/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Quang Ngai veut faire de Ly Son un géoparc mondial La province centrale de Quang Ngai s’engage dans l’élaboration d’un dossier pour que son géoparc de Ly Son devienne un géoparc mondial.