11/10/2017 23:14
>>Maroc : saisie record de cocaïne, 13 personnes arrêtées
>>Un "convoi exceptionnel" pour cocaïne et cannabis stoppé par les douaniers

Cinq-cents kilos de cocaïne ont été saisis par la gendarmerie et les douanes françaises, samedi dernier 7 octobre, sur un catamaran mouillant à Nuku Hiva, une île de l’archipel des Marquises, a annoncé mardi 10 octobre à Papeete (mercredi 11 octobre à Paris) le procureur de la République en Polynésie française. Plus de 2,1 tonnes de cocaïne ont été saisies depuis le début de l’année sur des navires, dans les eaux de cette collectivité d’outre-mer. Deux Néerlandais et un Polonais convoyaient 430 pains de cocaïne en provenance du Costa Rica, mais ils ont affirmé qu’ils l’ignoraient. "Il est plus que vraisemblable que cette cocaïne était destinée à alimenter le marché australien", a déclaré le procureur Hervé Leroy lors d’un point presse. Plusieurs voiliers ont été appréhendés ces derniers mois en Polynésie française. La drogue circule depuis les pays producteurs, en Amérique du Sud, vers les pays consommateurs situés à l’autre extrémité de l’océan Pacifique, comme la Nouvelle-Zélande ou l’Australie. Les petites îles du Pacifique, comme celles de Polynésie française, comptent trop peu d’habitants pour que les gros trafiquants de cocaïne s’y arrêtent. En revanche, le pakalolo (cannabis local) produit sur place y circule abondamment. Et les méthamphétamines importées par avion depuis la Californie connaissent un succès croissant. Les gendarmes ont saisi au début du mois 21 kilos de méthamphétamines à Tahiti, la plus grosse quantité de cette drogue jamais saisie en Polynésie.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.