08/08/2019 18:48
La capitale indonésienne Jakarta a annoncé mercredi 7 août de nouvelles restrictions sur les voitures personnelles en vue de contrôler la pollution de l'air très alarmante.
>>L'Indonésie s'efforce de surmonter les conséquences du séisme
>>L'Indonésie mobilise des milliers de personnes pour lutter contre les feux de forêt

La pollution de l'air à Jakarta, en Indonésie. Photo: VNA/CVN

Jakarta compte plus de 10 millions d’habitants, soit le triple de la population vivant aux alentours, d'où de fortes émissions de polluants provenant des véhicules, des usines et des centrales électriques.

Au cours de la saison sèche, Jakarta figure toujours dans la liste des villes les plus polluées au monde, selon les données d'Air Visual, un groupe basé en Suisse qui surveille la qualité de l'air.

En 2016, afin de réduire les embouteillages sur les principaux axes de circulation, les autorités municipales ont ordonné la circulation alternée aux voitures personnelles en fonction de leur plaque d'immatriculation - nombre impair ou pair. Cette mesure a été prise l'année dernière avant les Jeux asiatiques 2018. Le 7 août, l’autorité municipale a annoncé que cette politique serait élargie pour couvrir les petites routes.

Ce mouvement intervient après que le gouverneur de Jakarta, Anies Baswedan, eut ordonné la semaine dernière de percevoir un péage d’encombrement pour les voitures à partir de 2020, de fixer une limite d’âge de 10 ans pour les véhicules en circulation depuis 2025, de resserrer les tests d’émission et de limiter les émissions industrielles.

"Toutes les mesures prises permettent d’améliorer la qualité de l'air, mais leur efficacité ne sera pas grand, car elles ne peuvent pas régler le problème principal", a déclaré Almo Pradana, responsable de l'énergie et du climat de l’Institut des ressources mondiales de l’Indonésie (World Resources Institute Indonesia). Almo Pradana a ajouté que Jakarta ne disposait pas suffisamment de dispositifs de surveillance pour identifier la cause de pollution.

Selon lui, il faut trouver des éléments qui polluent la qualité de l’air, calculer les pourcentages de pollution causée par les moyens de transports, les usines et les centrales à charbon", a-t-il suggéré.
VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découverte d’un village de broderie centenaire à Nam Dinh

Le tourisme sur l'île de Phu Quy connaît un bel essor Le district de Phu Quy, dans la province de Binh Thuân au Centre, dispose d'un fort potentiel dans le développement de l'économie maritime, notamment le tourisme, grâce à ses conditions naturelles favorables et à ses paysages magnifiques.