27/07/2020 18:33
Près de 100.000 établissements et 15.000 sites internet contrôlés, quelque 22 millions d'euros d'amendes pour non-respect des délais de paiement, plus de 55.000 réclamations de consommateurs : la DGCCRF a ciblé en 2019 les "fraudeurs du quotidien", selon son rapport annuel publié lundi 27 juillet.
>>Apple sanctionné en France pour avoir bridé ses vieux iPhones sans le dire
>>Promotions trompeuses, contrefaçon : la part d'ombre du Black Friday

Virginie Beaumeunier, directrice générale de la DGCCRF, en mars 2018.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Deux thématiques particulières" ressortent de ce bilan, explique en préambule la directrice générale de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), Virginie Beaumeunier : "l'importance croissante des besoins de contrôle pour accompagner la transition écologique et la lutte contre les fraudes du quotidien".

Ces escrocs du "quotidien" sont inventifs : souscription d'abonnement caché, abus de faiblesse dans le dépannage à domicile, faux sites administratifs et surtout démarchage abusif, que "92% des Français trouvent trop fréquent", détaille Mme Beaumeunier. Pour y répondre, la DGCCRF a multiplié les contrôles en ciblant les donneurs d'ordre, triplé le montant des amendes et développé le "name and shame".

La rénovation énergétique des logements a fait l'objet d'une attention particulière de ses 3.000 agents car "le développement des offres +isolation à 1 euro+ s'est malheureusement accompagné de fraudes, s'appuyant sur des campagnes massives et agressives de démarchage téléphonique", ajoute Mme Beaumeunier. En octobre 2019, le géant français de l'énergie Engie a ainsi été sanctionné à hauteur de 892.500 euros pour démarchage abusif.

Par ailleurs, l'année 2019 a été marquée par le développement des contrôles liés à la mise en œuvre de la loi EGAlim (ou "loi Alimentation"), mais aussi par la condamnation en septembre du géant américain du commerce en ligne Amazon, par le tribunal de commerce de Paris, à modifier sous six mois, et sous astreinte, plusieurs clauses des conditions générales d'utilisation de sa "place de marché" et à payer une amende de 4 millions d'euros pour ses pratiques commerciales. 

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Hô Chi Minh-Ville promeut le tourisme médical L’offre médicale et de bien-être est prise en haute considération dans les stratégies de développement du tourisme de la mégapole du Sud. Le nombre de visiteurs profitant d’un voyage pour se faire soigner en ville ne cesse de croître.