07/06/2020 08:46
Se pourrait-il que notre Terre perde sa couleur bleue si particulière dans l’univers, à mesure que la pollution se répand chaque jour dans de nombreuses régions du monde ? Et nous interrogeons-nous sérieusement sur l’avenir de tous les êtres vivants sur Terre ?
>>Marches pour le climat notamment à Montpellier et Paris
>>Élisez le meilleur article du concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2019"

Jeunes ramassant des déchets plastiques sur une plage. 
Photo : Lekima Hùng/CVN

Au milieu de la cohue de la vie, quelqu’un s’est-il arrêté pour écouter le cri à l’aide de l’océan, voir le sang couler des arbres tombés, sentir le faible souffle de la terre mère. La nature, comme en écho à la phrase célèbre du président français Jacques Chirac au Sommet de la terre de Johannesburg en 2002 qui disait : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs", lance ce message : "S’il vous plaît, protégez l’environnement, protégez notre planète ! Nous n’en avons qu’une"

Protéger l’environnement

L’environnement est tout ce qui nous entoure et a une influence importante sur la survie de l’humanité. La "protection de l’environnement" est l’action de chaque personne pour aider notre Terre à être plus propre et plus saine, permettant ainsi aux gens d’éviter les catastrophes naturelles.

L’écrivain Gabriel Garcia Marquez a déclaré qu’il fallait 180 millions d’années pour que la rose fleurisse, 380 millions d’années pour que le papillon puisse voler. Cela signifie que l’environnement dans lequel nous vivons a un très long processus de formation. Pourtant, ces dernières années, que faisons-nous pour l’environnement ? 

Chaque jour, le monde émet plus de 3,5 millions de tonnes de déchets, notamment de plastique, d’aluminium, de verre et d’innombrables autres déchets. D’autres types de déchets mettent des décennies, des centaines voire des milliers d’années à se décomposer dans l’environnement. Et selon les statistiques des Nations unies, 90,5% du plastique dans le monde ne sera jamais recyclé. Ainsi, plusieurs centaines de millions de tonnes suivront nos petits-enfants toute leur vie.

Un nouveau classement vient de montrer que le Vietnam est l’un des cinq principaux pays responsables d’environ 13 millions de tonnes de plastique rejetées dans l’océan par an. Lors de leur voyage au Vietnam, des touristes français ont déclaré : "De nombreux Vietnamiens utilisent habituellement des sacs en plastique. En France, le prix de ceux-ci est bien plus élevé que les matériaux respectueux de l’environnement. Il y a beaucoup de déchets plastiques au Vietnam, par exemple à Ha Long".

Des enfants vietnamiens jouent et nagent au milieu de déchets plastiques.
Photo : Lekima Hùng/CVN

"Rien n’est plus facile que de jeter des ordures au Vietnam. Chaque fois que vous voulez le faire, il vous suffit de les jeter sur la route. Les ordures disparaissent généralement après une nuit. C’est pourquoi les gens ne pensent pas beaucoup quand ils jettent du papier, du plastique, des boîtes ou tout autre objet sur la route", a observé Gaspard, un autre touriste français qui s’est rendu dans de nombreux pays de l’Asie du Sud-Est dont le Vietnam. Certes, ce dernier peut mieux faire, mais il faut que les touristes participent eux aussi à cet effort.

Bâtir une planète verte

Chaque jour, les déchets plastiques nuisent à l’écosystème, à l’habitat, à la santé humaine et au développement durable de chaque pays. Si nous n’avons pas de solutions efficaces et opportunes, leurs impacts négatifs deviendront très graves. Imaginez si un jour la Terre n’était plus le bleu de la mer ni le vert de la forêt, mais une couleur brune et noire des déchets. Toute vie sur terre disparaîtrait. Il ne resterait alors qu’une planète nommée "La planète morte".

Mais non ! "Les êtres humains ne naissent pas pour disparaître en poussière…". Pour ne pas se dissoudre, nous, les humains, sommes et continuerons de bâtir une planète vivable et durable. Jeter des ordures dans une poubelle, planter un petit arbre, dire "non" aux emballages en plastique, ces petites actions contribueront à la protection de la Terre, notre planète. Chaque année, les Nations unies organisent la Journée mondiale de la Terre (22 avril) et reçoivent des réponses de nombreux pays du monde entier.

Les élèves peuvent également protéger l’environnement par des gestes simples et significatifs : occupez-vous de la verdure à la maison et à l’école, jetez les ordures ménagères dans des endroits désignés ou choisissez le bus pour vos déplacements. Chacune de nos actions, grandes ou petites, contribue à la protection de l’environnement. Ce long processus est la responsabilité de chacun d’entre nous de déterminer la survie de la Terre.

Antoine de Saint-Exupéry, écrivain et aviateur français, auteur du Petit prince, écrivait : "On n’hérite pas la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants". Saurons-nous la laisser vivre ou participerons-nous à sa mort, cela dépend de nous !
Minh Huyên/CVN
 

Des chiffres alarmants

• Le nombre de personnes décédées des suites de la pollution est trois fois plus élevé que le nombre total de décès dus au sida, à la tuberculose et au paludisme : environ 12,6 millions de personnes meurent chaque année de la pollution de l’environnement.
• 100.000 animaux marins et 1.000.000 oiseaux meurent de suffocation due à des déchets plastiques.
• Environ 30% à 50% de CO2 émis par la combustion de combustibles fossiles sont absorbés par l’océan.
• Plus de 60% des récifs coralliens sont menacés par une pollution forte.
• 60% de la côte du Pacifique et 35% de la côte atlantique s’érodent à un rythme vertigineux d’un mètre par an.
• Le plateau de Madagascar est également en train de se dégénérer : 7% des terres désertes deviennent stériles. Un lieu autrefois considéré comme un trésor de biodiversité devient peu à peu un terrain vacant. Il ne s’agit que de quelques-unes parmi les nombreuses conséquences graves des déchets plastiques qui affectent les gens, l’environnement et notre planète.



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Les activités de divertissement nocturne seront rouvertes à Hôi An Un large éventail d'activités culturelles et artistiques dans le cadre du projet "Rue de nuit", lancé par le Centre municipal de la culture, des sports, de la radio et de la télévision de Hôi An dans la province de Quang Nam, a officiellement repris le week-end dernier.