04/07/2020 16:12
Paires de ciseaux des coiffeurs, bed and breakfast et surtout tireuses à bière des pubs reprennent du service samedi 4 juillet en Angleterre, une nouvelle étape majeure de la sortie du confinement qui fait craindre excès et nouvelles contaminations au nouveau coronavirus.
>>L'Europe commence à s'ouvrir pour la saison touristique
>>Le trafic reprend entre la France et l'Espagne qui rouvre sa frontière
>>Les frontières rouvrent en Europe... un peu, beaucoup, ou pas du tout

Le prince William se fait servir un verre de cidre dans un pub de Snettisham, dans l'Est de l'Angleterre, le 3 juillet 2020 peu avant la réouverture des établissements. Photo : AFP/VNA/CVN

Avec la réouverture des pubs, hôtels, salons de coiffure, cinémas et musées, les Anglais pourront retrouver des libertés dont ils ont été privés depuis plus de trois mois.

Entré tardivement dans confinement, le Royaume-Uni est encore plus à la traîne par rapport à ses voisins européens pour en sortir. Loin d'être vaincu, le virus qui a tué 44.000 personnes dans le pays - le plus lourd bilan en Europe - a repris de la vigueur à Leicester, conduisant les autorités à reconfiner une zone de 600.000 habitants.

Certains jugent trop rapide le redémarrage voulu par Londres. L'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord ont adopté leur propre calendrier distinct de déconfinement.

Service à table plutôt qu'au bar, signalétique dédiée, maintien de la distanciation physique, la convivialité des pubs ne sera plus la même dans cette "nouvelle normalité".

Clive Watson, fondateur de City Pub Group, qui rassemble 47 pubs dans le Sud de l'Angleterre et au Pays de Galles, s'attend néanmoins à un jour "historique" pour le secteur: "Cela a été incroyablement dur pour nous et nos clients".

La fermeture des pubs, inédite depuis la peste de 1665, a entraîné une baisse sans précédent de la consommation de bière.

Leur réouverture pourrait attirer ce week-end 6,5 millions de visiteurs, selon le cercle de réflexion CEBR. Mais d'ici à la fin de l'année, la British Beer and Pub Association craint la fermeture de 40% des pubs, soit 18.000 établissements incapables de se relever.

Préparatifs avant la réouverture d'une bibliothèque publique à Manchester, en Angleterre, le 3 juillet 2020. Photo : AFP/VNA/CVN

"Clowns ivres" 

Dans un communiqué commun, représentants des pubs, hôtels et de la police ont appelé les clients à se comporter de manière "responsable" et pour aider les professionnels "à rouvrir de la meilleure manière possible".

"Nous ne devons pas les laisser tomber", a déclaré le Premier ministre Boris Johnson vendredi soir 3 juillet, appelant la population à la retenue mais avertissant que des résurgences étaient à prévoir localement.

Le chef des services médicaux anglais, Chris Whitty, a estimé que le déconfinement constituait "un chemin étroit". "Il n'y a pas de moment parfait ni de manière parfaite de le faire", a-t-il admis, ajoutant que cela n'était pas "sans risque" et que le virus resterait encore présent pour longtemps.

La police s'attend à une activité aussi importante que lors d'un jour de l'An, a expliqué Tim Clarke, de la Metropolitan Police Federation, qui représente les officiers. Selon lui, il pourrait s'agir pour les forces de l'ordre de "tout sauf un +super samedi+".

Les hôpitaux, qui soufflent à peine après le pic de la pandémie, craignent une pression accrue. "Avant le COVID-19, les vendredis et samedis, les urgences ressemblaient parfois à un cirque rempli de clowns ivres", a déclaré Brian Booth, responsable de la fédération des policiers du West Yorkshire. "On n'a pas besoin que ça recommence".

Les Anglais seront-ils si nombreux à franchir le seuil de leur pub préféré? Selon un son sondage YouGov pour la chaîne Sky News, 70% des sondés ne se sentent pas à l'aise à l'idée d'aller au pub ou au cinéma, 60% à l'idée d'aller au restaurant.

Signe du caractère délicat de cette nouvelle étape, le Trésor britannique a dû supprimer un tweet dans lequel il appelait les Anglais à "prendre une boisson et lever leur verre". Il s'était attiré une volée de critiques jugeant cet enthousiasme malvenu de la part d'un gouvernement critiqué pour sa gestion de la crise qui a fait dizaines de milliers de morts et de chômeurs.

Sur les routes, le Royal Automobile Club attend 10 millions de Britanniques profitant de ces assouplissements marquant la reprise du tourisme intérieur, ce qui en ferait le week-end plus chargé depuis le début de l'année.

Pour les séjours à l'étranger, l'étau se desserre également. Le gouvernement a annoncé vendredi 3 juillet que plus de 70 pays et territoires, dont la France mais pas les États-Unis seraient exemptés à partir du 10 juillet de la quarantaine de 14 jours mise en œuvre pour éviter une résurgence de l'épidémie.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.