10/08/2018 12:55
L’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du chef-lieu de Phu Tho de la province du même nom (Nord) cherche toujours à les aider à surmonter la douleur et les difficultés quotidiennes.
>>Le Premier ministre rencontre l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine
>>Des efforts continus pour régler les conséquences de la guerre

La famille de M. Tuân dans sa nouvelle maison.

Le chef-lieu de Phu Tho compte actuellement près de 400 personnes ayant été exposées à l’agent orange et souffrant de pathologies diverses. Bien que la guerre soit arrivée à son terme il y a 43 ans, ses conséquences persistent jusqu’à aujourd’hui avec des souffrances psychologiques comme physiques chez les victimes. La famille de Trân Quôc Tuân, résidant dans la commune de Hà Thach, en est un exemple.

"Je suis entré dans l’armée en 1968 et j’ai combattu sur les champs de bataille près de Thua Thiên-Huê (Centre) où j’ai été  blessé. En 1975, à la libération totale du Sud et la réunification du pays, je me suis marié et ai vécu paisiblement dans mon village natal. À la venue au monde de mes enfants, j’ai découvert que la dioxine présente dans mon corps leur avait été transmise. Un grand choc pour moi!", a partagé ce vétéran.

Mais c’est grâce aux soutiens notamment de l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du chef-lieu de Phu Tho que "moi et ma famille avons surmonté les douleurs afin de stabiliser nos vies", a-t-il ajouté.

En effet, les deux enfants de M. Tuân bénéficient actuellement d’une pension mensuelle. Son ancienne maison a laissé place à une autre, plus confortable, bâtie grâce aux 60 millions de dôngs financés par l’Hôpital militaire de la médecine traditionnelle.

En outre, l’Association a aidé d’autres familles de diverses communes de la localité pour un montant de 35 à 40 millions de dôngs par foyer. Certains se sont vu attribuer un emprunt permettant de développer un projet économique.

Adoucir les douleurs

Créée en 2011, l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du chef-lieu de Phu Tho comptait à ses débuts une centaine de pensionnaires, âgés de 65 à 70 ans.

Ces quatre dernières années, plus de 400 millions de dôngs ont ainsi été collectés pour financer la construction de "maisons du cœur" destinées aux victimes et 1.650 cadeaux leur ont été offerts. Pour l’heure, ses pensionnaires sont au nombre de 329 dont 180 victimes directes. 

"Adoucir les douleurs des victimes de l’agent orange/dioxine pour qu’elles puissent vaincre les maladies et difficultés quotidiennes, tel est notre objectif. Les familles pauvres bénéficient de prêts sans intérêt, chacun variant entre 5 et 10 millions de dôngs pour une durée de trois à cinq ans. Cela leur assure une vie décente", a souligné Trân Van Quang, président de l’association.

Texte et photo: Thu Hà - Mai Phuong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.