28/06/2015 08:24
Réputée pour ses plages paradisiaques et ses forêts luxuriantes, l’île de Phu Quôc, aux confins du Sud-Ouest du Vietnam, répond au doux surnom de «Perle de l’Asie». De lourds investissements y sont injectés pour en faire un pôle écotouristique de renommée internationale.

>>De l’importance de créer le label du tourisme maritime
>>Des investisseurs hongkongais s’intéressent à l’île de Phu Quôc

>>Premier tournoi de golf sur l'île de Phu Quôc
>>Kiên Giang doit mettre en valeur les atouts de Phu Quôc


Les  plages paradisiaques de Phu Quôc attirent le chaland.
Photo :  Truong Giang/VNA/CVN

L’île de Phu Quôc est la plus grande du Vietnam. Elle relève du district éponyme, province de Kiên Giang (Sud). Située dans le golfe de Thaïlande, à quelques encablures de la pointe sud du Cambodge, elle se trouve à 120 km de la ville de Rach Gia, à 45 km du chef-lieu de Hà Tiên et au carrefour de voies maritimes menant vers la Thaïlande, la Malaisie et Singapour. Phu Quôc occupe donc une position stratégique en termes de navigation maritime internationale.

Une île bénie des dieux

En 2006, la Réserve de biosphère littorale, maritime et insulaire de Kiên Giang - qui inclut le district de Phu Quôc - a été reconnue par l’UNESCO Réserve de biosphère mondiale.

La région maritime de Phu Quôc compte 20 îles et îlots (l’île de Phu Quôc étant de loin la plus grande), soit une superficie 567 km², avec pas moins de 99 sommets. Le point culminant est le mont Chua avec ses 565 mètres, suivi des monts Da Bac (448 m) et Ong Thay (438 m). Elle est aussi une pêcherie importante disposant d’une réserve de 464.000 tonnes de poissons. De plus, les eaux de Phu Quôc abritent en abondance des produits de la mer de haute valeur comme céphalopodes, coquillages et crustacés, une source de revenus stables pour les locaux. Sans oublier les fermes perlières, qui lui ont d’ailleurs donné son surnom de «perle de l’Asie», et qui sont un pan important de l’économie locale.   
Les 150 km de côtes de Phu Quôc cachent des plages paradisiaques (Gieng, Bai Khem, Sao, Vong, Thom, Vung Bau, etc.) et des caps qui vont assez loin en mer et sont autant de sites historiques comme Tau Ru ou Ong Doi, pour ne citer qu’eux.

Les micro-archipels An Thoi, Hai Tac, Thô Chu et les 36 îlots qui gravitent autour de l’île principale rendent encore plus pittoresque le panorama des lieux. Phu Quôc est bercée par un climat équatorial, caractérisé par des pluies et des températures élevées toute l’année. Environ 60% de la superficie de l’île de Phu Quôc sont recouverts par la jungle qui s’étend sur les chaînes de montagnes Ham Ninh et Bai Dai, au Nord de l’île. Une forêt dense couvre notamment environ 32.000 ha, avec des espèces rares. Par ailleurs, l’île abrite plus de 3.000 ha de mangroves qui bordent des marais et environ 12.000 ha de forêts inondées.

Le parc national de Phu Quôc possède une flore et une faune particulièrement riches avec 929 espèces végétales et 150 espèces de mammifères de 69 familles (cerfs - cochons, singes, écureuils, etc.), 365 espèces d’oiseaux, des reptiles et bien d’autres encore.

Les forêts tropicales du Parc national de Phu Quôc offrent un endroit idéal pour la découverte de l’île, le camping, les sports et les études scientifiques. Au large, l’écosystème de magnifiques récifs coralliens et l’île est l’une des deux zones maritimes du Vietnam où vivent des dugons. Outre son écosystème, les milliers d’hectares de poivriers, d'anacardiers et de cocotiers valent aussi le déplacement. Reste maintenant à valoriser ces richesses. Pour cela, la province de Kiên Giang compte donner la priorité, d’ici 2020, au développement de l’île de Phu Quôc pour en faire une destination de voyage encore plus séduisante.

Une diversité à exploiter

Selon un responsable du district insulaire de Phu Quôc, le site propose des produits de tourisme d’aventure, sportif, écologique et culturel. Phu Quôc a d’ores et déjà tiré un large profit des plages, des îles et de la biodiversité maritime, mais aussi du Parc national et des sites historiques révolutionnaires, avec la création de produits touristiques caractéristiques et originaux.Le district a également autorisé la construction de zones éco-touristiques de grand standing dans les communes de Bai Thom, Gành Dâu, Rach Tràm, Rach Vem, etc., liées à la restauration des villages de métiers ainsi qu’à la création des services de loisirs et de tourisme d’aventure.

Phu Quôc est surnommée la «perle de l’Asie» pour les nombreuses fermes perlières que compte l’île. Photo : Truong Giang/ VNA/CVN

D’ici 2020, Phu Quôc privilégiera l’investissement dans les infrastructures, les services touristiques comme restaurants, hôtels, espaces de loisir, dans les bourgs de Duong Dông, An Thoi, etc. L’objectif : faire de l’île une zone économique spéciale dotée d’un centre d’écotourisme compétitif sur le long terme.

Ces dernières années, la province de Kiên Giang a investi dans le réseau de restaurants, d’hôtels de luxe, avec aujourd’hui 1.800 chambres. Elle a réservé des milliers de milliards de dôngs au développement du réseau routier qui relie le centre du district insulaire de Phu Quôc aux sites touristiques. Les réseaux maritime et aérien ont aussi été revus au service de l’afflux touristique.

Des aménagements indispensables, dans la mesure où d’ici la fin de l’année, Phu Quôc table sur l’accueil de 1,2 million de touristes, dont 35% d’étrangers. Ils devront être 3 millions en 2020, pour un chiffre d’affaires annuel de 771 millions de dollars. Attention toutefois à bien prendre en compte la dimension environnementale, gage de pérennité du développement touristique de ce site.
 
Huong Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Une Le district montagneux de Huong Hoa, province de Quang Tri, au Centre, s’attèle à un projet de taille : devenir une terre de floriculture et attirer les touristes. Créer une "mini Dà Lat" en somme, un surnom dont on l’affuble déjà !