15/10/2017 17:29
>>Exercice conjoint antiterroriste Philippines - États-Unis

Plus d'un millier de personnes ont péri à Marawi depuis que des jihadistes ont pris le contrôle de quartiers entiers de cette ville du sud des Philippines, a annoncé dimanche 15 octobre l'armée, promettant à nouveau une fin rapide des combats. Dimanche, des chasseurs FA-50 continuaient de survoler la plus grande agglomération musulmane de l'archipel à majorité catholique, qui a été presque entièrement vidée de ses habitants, tandis que des militaires continuaient de se battre pour reprendre le contrôle de chacun de ses bâtiments. L'armée s'était récemment fixé ce dimanche comme date butoir pour déloger définitivement les insurgés qui se réclament du groupe État islamique. Et ce n'est pas la première fois qu'elle est contrainte de repousser l'échéance, face à des combattants particulièrement déterminés qui ont piegé de nombreuses habitations. "Nous espérons que le siège de Marawi s'achèvera très bientôt", a déclaré aux journalistes le colonel Romeo Brawner, commandant adjoint de la force combattant les jihadistes. Les combats avaient débuté le 23 mai à la suite d'une tentative ratée d'arrêter Isnilon Hapilon, un des hommes les plus recherchés au monde, considéré comme le chef de file du groupe État islamique en Asie du Sud-Est. Des centaines de militants armés, parmi lesquels des combattants étrangers, avaient alors semé le chaos dans Marawi, se retranchant dans des quartiers de la ville. L'armée avait expliqué ensuite que la tentative de capture d'Hapilon avait poussé les jihadistes à lancer prématurément un projet de prise de contrôle de cette ville pour en faire un califat inspiré de celui créé par l'EI en Syrie et en Irak. Depuis, 822 insurgés, 162 militaires et policiers, et 47 civils ont été tués, a déclaré le colonel Brawner.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.