01/09/2016 16:57
La championne philippine de la lutte anticorruption n'a peur de rien, pas même de poursuivre les plus hauts personnages de l'État. Le courage de cette grand-mère de 75 ans qui se rit des menaces de mort doit être récompensé le 31 août par un prestigieux prix asiatique.
>>Les tribunaux anti-corruption seront créés en Thaïlande
>>Burkina : Zida veut "s'attaquer à plein de réformes" et lutter contre la corruption

Conchita Carpio-Morales, championne de la lutte anti-corruption aux Philippines, lors de son entretien avec l'AFP, le 23 août, à Manille.
Photo : AFP/VNA/CVN

Conchita Carpio-Morales dirige le service philippin spécialement chargé d'enquêter et de poursuivre les responsables politiques coupables de manquements dans leurs fonctions. Elle pouffe en racontant comment elle a dû installer, à contre-coeur, une barrière plus élevée autour de sa maison en 2012 : une grenade portant ses initiales avait été découverte devant chez elle.

"Je n'ai pas peur", dit-elle, donnant un coup de poing sur la table de son bureau, des éclairs dans les yeux. Les gens sur lesquels elle enquête "sont ceux qui sont intimidés". "C'est pour ça qu'ils essayent de me faire peur".

Dans l'archipel miné par une corruption endémique, le combat contre la pratique des dessous de table requiert un courage certain. Les témoins, voire les juges, sont régulièrement assassinés et des hommes politiques reconnus coupables sont libérés et réélus.

Mme Morales a passé 40 ans à servir l'institution judiciaire notoirement corrompue des Philippines mais où elle a gagné une réputation d'indépendance farouche. Elle s'attendait à partir en retraite lorsque l'ex-président Benigno Aquino lui demanda de prendre la tête du bureau de l'Ombudsman, chargé de la lutte anticorruption. Elle se verra décerner mercredi soir 31 août le prix Ramon Magsaysay, le "Nobel asiatique", qui récompensera "son courage moral et son engagement en faveur de la justice pour avoir pris de front l'un des problèmes les plus insolubles des Philippines". "Tout simplement, c'est une fonctionnaire enthousiasmante", ont écrit les juges.

Née dans une famille d'avocats, Mme Morales a gravi les échelons avec quelques difficultés en raison de son caractère incorruptible. Elle réussit cependant à faire son entrée à la Cour suprême, devenant la première magistrate femme à introniser un président en 2010.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Chine: promouvoir le tourisme vietnamien à Taïwan Selon l'Administration nationale du tourisme du Vietnam, un programme de promotion du tourisme du Vietnam dans les villes de Kaohsiung et de Taipei de Taïwan (Chine) aura lieu du 24 au 27 juillet.