26/02/2017 19:39
>>L'offre mondiale de céréales devrait rester solide en 2016 (FAO)
>>Les prix alimentaires en forte hausse en février, selon la FAO

Pour la première fois depuis 2008, les ventes de pesticides ont reculé en France en 2015, mais agriculteurs et coopératives sont attendus au tournant, car cette première baisse est essentiellement le fait des jardineries. Cette "inversion de la courbe", -2,7% (-14% en zones non-agricoles), annoncée fièrement fin janvier par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qui a fait de l'agroécologie son cheval de bataille, n'augure pas forcément de l'atteinte des objectifs fixés par les autorités: -25% en 2020, -50% à l'horizon 2025. "C'est une bonne nouvelle", salue Benoît Lavier, président de l'Association pour la promotion d'une agriculture durable (Apad) et cultivateur en Côte d'Or: "il faut amplifier le mouvement, mais c'est compliqué", admet-il. "Ces changements impliquent une remise en cause profonde des systèmes de production agricole", explique-t-il. Lui a fait le choix de la conservation des sols, des pratiques qui permettent de lutter contre l'érosion des sols et d'améliorer naturellement leur fertilité, notamment en évitant d'avoir recours au labour. Un choix qu'ont déjà fait des centaines de céréaliers, dont certains font partie d'un réseau d'exploitations pionnières, les fermes Dephy. Elles étaient 2.000 lors du premier plan Ecophyto. Après l'échec de ce premier plan lancé en 2008 dans le cadre du Grenelle de l'environnement, Stéphane Le Foll a décidé, lors de la mise en route d'Ecophyto 2, d'étendre à 3.000 exploitations ce réseau de fermes pour mieux propager les bonnes pratiques. Ces élèves modèles ont déjà réduit de 18% en moyenne leur recours aux pesticides. L'objectif est "d'engager 30.000 fermes", et dans un deuxième temps d'"entraîner le reste des quelque 300.000 professionnels", explique Emeric Pillet, responsable du projet. Pour réduire les pesticides, "on n'a plus aujourd'hui de solution miracle", explique M. Pillet, pour qui "la plus-value du réseau, c'est de créer des combinaisons innovantes et pertinentes de leviers déjà existants" : utilisation d'outils d'aide à la décision, rotation des cultures, désherbage mécanique, etc.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Quang Nam: Hôi An parmi les villes les plus attractives au monde Le magazine Travel and Leisure vient de publier un classement des 15 villes les plus attractives au monde comportant à la 8e place la vieille ville de Hôi An, dans la province de Quang Nam (Centre).