19/03/2020 11:52
La Ligue 1 perdrait de 300 à 400 millions d'euros si elle ne parvenait pas à reprendre cette saison après avoir été mise à l'arrêt mi-mars face à la pandémie de coronavirus, selon une étude du cabinet d'audit KPMG.
>>COVID-19 : l'Euro reporté, défi logistique pas "insurmontable"
>>Comment le foot européen est passé de la stupeur à la suspension

En cas de non reprise des matches, la Ligue 1 perdrait cette saison de 300 à 400 millions d'euros. Photo : AFP/VNA/CVN

L'étude, publiée mardi 17 mars, prend en compte la suspension du Championnat de France après la 28e journée et calcule le manque à gagner pour la L1 en cas d'annulation pure et simple des matches restants.

Elle estime une perte de 150 à 200 millions d'euros en termes de droits TV, 100 à 140 millions de manques à gagner sur les partenariats ainsi que 50 à 60 millions de pertes en termes de billetterie et de prestations autour des matches.

En Europe, en cas de non reprise des championnats, les clubs anglais de Premier League seraient les plus lourdement touchés avec des pertes de l'ordre de 1,15 à 1,25 milliard d'euros.

Suivent ensuite les Espagnols de la Liga (800 à 950 millions d'euros), les Allemands de la Bundesliga (650 à 750 millions d'euros) et les Italiens de la Serie A (550 à 650 millions d'euros).

Avec l'annonce mardi 17 mars d'un report de l'Euro à 2021, les championnats européens gardent l'espoir de parvenir à boucler leur saison grâce aux dates ainsi libérées cet été, à condition que la situation sanitaire s'améliore d'ici là.

Mardi soir 17 mars, la Ligue de football professionnel (LFP) a indiqué qu'elle espérait terminer au 30 juin les saisons de Ligue 1 et Ligue 2.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.