10/09/2018 23:48
Les exportations de riz vietnamiennes devraient reprendre au cours du dernier trimestre de l’année, après quatre mois de stagnation, du fait d'une nouvelle demande d’achat sur certains marchés.
>>Opportunités pour augmenter les exportations de riz vers la Chine
>>Riz et produits aquatiques: les exportations au 2e semestre seraient optimistes
>>Forte haute des exportations de riz en Indonésie et au Bangladesh
>>De belles perspectives pour les exportations nationales de riz

Emballage avant l'exportation de riz dans une usine à Cân Tho (Sud).
Photo: Vu Sinh/VNA/CVN

Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, le Vietnam a exporté en août 441.000 tonnes de riz pour 209 millions de dollars, ce qui a porté les exportations depuis le début de l’année à 4,4 millions de tonnes pour 2,2 milliards de dollars, soit une hausse de 6,8% en volume et de 22,1% en valeur.

Malgré cette forte croissance de la période, les exportateurs de riz ont déclaré que le marché stagnait depuis la fin du mois de mai et que la demande en riz vietnamien était négligeable sur des marchés traditionnels tels que la Chine, l’Indonésie et les Philippines.

Le riz thaïlandais, vendu à bas prix, inquiète vraiment les exportateurs vietnamiens. Peu de contrats ont été signés durant ces derniers mois car le riz vietnamien est devenu moins compétitif.

Selon Nguyên Van Dôn, directeur de Viêt Hung Co., Ltd dans la province de Tiên Giang (Sud), le riz était exporté au compte-gouttes, avec environ 1.000 tonnes vendues par semaine. Avec ce rythme, son entreprise ne pourra pas atteindre l'objectif fixé pour toute l'année.

En outre, l’imposition soudaine par la Chine d’un droit de douane de 50% sur les importations de riz à partir de juillet a affecté les ventes, en particulier celles du riz gluant. À un moment donné, les négociants chinois n'ont payé que 380 dollars la tonne pour le riz gluant, contre 530-540 dollars la tonne au début de l'année.

Bien que la Chine soit restée le plus gros importateur de riz vietnamien au cours des sept premiers mois de cette année, elle ne représentait que 24,7% des exportations vietnamiennes contre 40% enregistré à la même période de l’année dernière. De janvier à juillet, le Vietnam a vendu 927.000 tonnes de riz à la Chine et gagné 491 millions de dollars, soit une réduction annuelle de 32,8% en volume et de 21,2% en valeur.

L'entrepôt d'une usine exportatrice de riz à Cân Tho (Sud).
Photo: Vu Sinh/VNA/CVN

Des signes encourageants
pour les exportations au quatrième trimestre


Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a prédit de bonnes perspectives pour les exportations de riz, car la demande d'achat devrait augmenter en Chine, aux Philippines, en Indonésie et en Irak.

Les Philippines ont besoin d’importer de 500.000 à 800.000 tonnes de riz supplémentaires d'ici la fin de l'année pour remplir leurs réserves épuisées et stabiliser le prix du riz sur le marché national.

Des entreprises chinoises ont récemment travaillé avec des exportateurs du delta du Mékong pour rechercher une coopération dans le commerce du riz. Par ailleurs, l’Indonésie et des pays africains ont également une forte demande d’importation de riz en réponse à la baisse de la production due aux inondations et typhons.

Quelques entreprises vietnamiennes cherchent à stimuler les expéditions de riz gluant en Indonésie afin de réduire leur indépendance sur le marché chinois. Cette démarche a entraîné une légère hausse du prix du riz gluant pour le porter à 440 dollars la tonne au lieu de moins de 400 dollars en juillet et août dernier.

Cependant, selon Lâm Anh Tuân, directeur de Thinh Phat Co., Ltd dans la province de Bên Tre (Sud), le riz vietnamien est toujours confronté à des défis car il est vendu à un prix égal ou supérieur à celui de ses concurrents et la plupart des importateurs, comme les Philippines et l'Indonésie, préfèrent des prix bas. "Ainsi, les autorités compétentes devraient rester prudentes lors des négociations", a-t-il suggéré.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.