12/09/2018 18:05
Entre 2012 et 2017, les organes compétents vietnamiens ont secouru et accueilli 7.500 victimes de la traite des êtres humains dont plus de 90% étaient des femmes et enfants, a annoncé le Comité de pilotage de la prévention et de la lutte contre la criminalité du gouvernement vietnamien.

>>L’ONU s’engage à agir pour éradiquer la traite des êtres humains
>>La coopération internationale essentielle contre la traite des personnes

 

Selon un rapport de ce Comité présenté lors d’un colloque organisé mardi 11 septembre à Hanoï par le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales et l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM), 80% des victimes secourues étaient issues des ethnies minoritaires, 70% étaient agriculteurs ou chômeurs, 37,2% étaient analphabètes et 6,8% étaient jeunes, étudiants ou élèves.

La vice-ministre du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, Nguyên Thi Hà, a annoncé que 100% des victimes secourues avaient bénéficié de consultations médicales et psychologiques et d’une aide juridique. Environ 50% d’entre elles avaient bénéficié des assistances pour leur réinsertion sociale.

Les participants du colloque ont recommandé de continuer le perfectionnement de la loi sur la prévention et la lutte contre la traite des êtres humains, de lever les sanctions administratives pour les prostitué(e)s et migrants illégaux victimes de la traite des êtres humaines, et de fournir aux victimes de la traite des êtres humains des aides juridiques gratuites.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).