11/12/2015 10:32
La première alerte rouge au smog à Pékin a été levée le 10 décembre, alors que le vent a permis au ciel bleu de refaire son apparition, mais les responsables n'arrêteront pas les efforts pour lutter contre le smog, au lieu d'attendre uniquement l'arrivée du vent.
>>Fin de l'"alerte rouge" à la pollution, le brouillard toxique disparaît à Pékin
>>La Chine renforce ses mesures d'urgence rapides face au smog

Li Shixiang, vice-maire de Pékin, a déclaré que le nombre actuel de stations de supervision de la qualité de l'air, qui s'élève à 36, serait doublé. "Des véhicules mobiles de contrôle seront également utilisés", a-t-il ajouté.

Tout en abordant l'amélioration de la qualité de l'air, il a révélé des plans visant à réduire la consommation de charbon, limiter l'usage des automobiles, diminuer la pollution industrielle et contrôler la poussière sur les chantiers de construction.

Pékin possède un budget de 770 milliards de yuans pour la période 2013-2017 pour combattre le smog. Photo : Xinhua/VNA/CVN

Pékin possède un budget de 770 milliards de yuans pour la période 2013-2017 pour combattre le smog, a-t-il affirmé.

La densité des PM2,5, particules fines en suspension et particulièrement dangereuses, a été en moyenne de 74 microgrammes par mètre cube au cours des onze premiers mois de l'année, en baisse de 16,6% par rapport à 2014.

Des responsables du Hebei et de Tianjin ont également assisté à la conférence de presse pour parler de la coopération en matière de lutte transrégionale contre le smog.

"Nous devons améliorer le système d'alerte et de prévision anticipées", a déclaré Yin Hailin, vice-maire de Tianjin.

Yang Chongyong, vice-gouverneur exécutif du Hebei, a noté que les mesures d'urgence pouvaient baisser le niveau de pollution de 20% à 30%. "Nous devons avoir plus d'échanges d'informations et prendre à temps des mesures", a-t-il souligné.

Pékin a émis lundi 7 décembre sa première alerte rouge en raison de la pollution de l'air depuis la création en octobre 2013 du système de réponse d'urgence à quatre niveaux.

Pendant l'alerte, les écoles ont été fermées, les travaux dans 3.500 sites de construction ont été suspendus, et 2.100 usines ont arrêté de fonctionner. Pékin a également fermé plusieurs sections d'autoroutes pour réduire le trafic.

Le bureau municipal de la protection de l'environnement a inspecté mardi 587 sites majeurs responsables de la pollution et a découvert que 38 n'avait pas suivi les ordres de suspendre la production.

Ces mesures d'urgence ont baissé de 30% les émissions de polluants à Pékin lors du premier jour de l'alerte rouge, selon le ministère de la Protection de l'environnement.

Li Shixiang est convaincu que l'application de la loi doit être intensifié. "Il existe des entreprises qui arrêtent leur production quand vous les inspectez, mais qui la reprenne aussitôt que vous quittez les lieux", a-t-il ajouté.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

La pagode de Long Tiên, une destination incontournable Long Tiên, qui se trouve dans la rue éponyme, au pied de la montagne Bài Tho (Poème), est la plus grande pagode de la ville de Ha Long, province de Quang Ninh (Nord).