20/02/2018 11:00
Chaque week-end, les classes de Tipsy Art accueillent des dizaines de jeunes qui adorent peindre, mais qui n’ont pas le temps de pratiquer cet art chez eux.

>>Tipsy Art : Vous avez dit peintre du dimanche ?
 

 

Tipsy Art dénote dans le paysage artistique vietnamien. Ici, l’art se pratique en groupe, plus exacte-ment avec des classes. Nguyên Thu Trang, une des membres fondateurs, a expliqué sa raison de les ouvrir : "Pendant mes années universitaires aux États-Unis, je me passionnais pour les arts plastiques. J’ai donc assisté à des cours, dans des espaces ouverts ou des garages. Puis, j’ai voulu rassembler ces expériences en une seule avec Tipsy Art".

Quand ils viennent en classe, les jeunes n’ont rien à apporter, si ce n’est leur talent et leur passion. Le cours coûte 400.000 dôngs/personne, en incluant la fourniture des couleurs, des outils et un verre d’eau. Dans la classe, les élèves sont accompagnés d’un enseignant qui les guide depuis leurs premiers traits sur le papier.

Trois heures passent vite dans une atmosphère attentive et calme, et à la sortie de la classe, il n’y a que des sourires. Chacun est heureux, voire fier de son œuvre. Tout le monde rapporte sa peinture chez soi pour la suspendre au mur ou l’offrir en cadeau.
 

Dans une classe de peinture de Tipsy Art  à Hô Chi Minh-Ville.


"Quand je viens à Tipsy Art, la joie que je ressens n’est pas simplement liée au fait de peindre. Pendant plus de trois heures, j’oublie totalement mes études, mon travail et mes soucis. Mon +œuvre+ m’absorbe complètement. Grâce à Tipsy Art, j’ai du temps pour moi-même, chose à laquelle j’ai fait une croix depuis longtemps", a confié Kim Chi, une membre de la classe.

Après Hanoï, Hô Chi Minh-Ville

Tipsy Art est pionnière au Vietnam. Après des débuts réussis à Hanoï il y a deux ans, ces classes ont débarqué cette année à Hô Chi Minh-Ville.
 

Les classes de Tipsy Art accueillent des jeunes qui adorent peindre.


Selon Luu Triêu, responsable des classes dans la mégapole du Sud, le but de Tipsy Art est de faire en sorte que chacun puisse ramener une belle toile à la maison. Ses étudiants se prêtent à ce loisir principalement pour se détendre.

Donc, chaque semaine, les enseignants donnent un thème ou un modèle différent pour que les apprenants ne s’ennuient jamais. Même le lieu des cours n’est pas fixe pour renouveler les émotions des apprenants. "La recherche d’un lieu approprié demande beaucoup de temps et d’efforts, car il est difficile de trouver un endroit spacieux à prix raisonnable. Parfois, il m’arrive de visiter dix endroits pour n’enchoisir qu’un", a partagé Luu Triêu.

Si les jeunes sont conquis, Tipsy Art espère aussi séduire les apprenants de tous âges et toutes catégories : enfants, personnes âgées, ouvriers, entrepreneurs et même étrangers vivant à Hô Chi Minh-Ville.
 

Texte et photos : Minh Thu/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.