08/08/2021 12:30
Le gouvernement vietnamien est fortement déterminé à éradiquer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), afin que l’Union européenne retire son "carton jaune", une mesure d’avertissement prise depuis septembre 2017.
>>Sanctions sévères des actes d’envoyer des navires à pêcher illégalement à l'étranger
>>Poursuite de la lutte contre la pêche INN
>>Le Vietnam lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée

Retirer le "carton jaune" de la Commission européenne (CE) concernant la pêche INN n’est pas une tâche facile et ne peut se faire du jour au lendemain. Mais les autorités vietnamiennes sont toujours déterminées à réussir, non seulement pour répondre aux exigences de la CE, mais aussi pour un développement durable de sa filière pêche.

Le Vietnam lutte résolument contre la pêche illicite INN, avec 95.000 bateaux de pêche et 650.000 emplois en jeu.

Le Comité national de direction de la lutte contre la pêche INN a eu récemment une réunion virtuelle avec les représentants des 28 villes et provinces côtières. Le vice-Premier ministre Lê Van Thành, président du Comité, a indiqué que le Vietnam cherchait à élaborer un cadre juridique sur la pêche pour répondre aux exigences d’intégration et de développement durable du secteur, ce qui avait permis d’améliorer le respect de la loi par les pêcheurs. Cependant, il est toujours nécessaire de régler les chevau-chements de réglementations et de compléter le cadre juridique. Il a demandé aux 28 villes et provinces côtières de travailler plus dur dans la prévention et le contrôle de la pêche INN et d’allouer plus de budget à ces activités.

Le Vietnam avait été averti en septembre 2017 par un “carton jaune” de la CE concernant la pêche illicite et qui menaçait l’accès de ses produits halieutiques au marché européen. La CE lui avait donné neuf recommandations à mettre en œuvre afin que cette mesure d’avertissement puisse être levée. Ces recommandations ont été réduites à quatre après deux examens en mai 2018 et  novembre 2019.

Le pays travaille dur pour lutter contre la pêche illicite avec 95.000 bateaux de pêche et 650.000 emplois en jeu. Le Vietnam, comme tout autre pays côtier, est confronté à la pêche INN pour plusieurs raisons : cadre juridique incomplet pour assurer la durabilité des ressources marines, manque de campagnes de communication pour sensibiliser les gens...

En raison du "carton jaune", les exportations vietnamiennes de produits aquatiques vers le marché européen ont diminué de 6% à 10% par an en moyenne. Autrefois 2e débouché du Vietnam en la matière, l’Union européenne a reculé de trois rangs pour se classer 5e, derrière le Japon, les États-Unis, le République de Corée et l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est).

Efforts inlassables

Bien conscient à quel point le "carton jaune" est dommageable, le gouvernement vietnamien a pris des mesures strictes pour lutter contre la pêche INN. Des peines allant jusqu’à dix ans de prison et des amendes jusqu’à 5 milliards de dôngs (près de 220.000 USD) attendent désormais les capitaines, pêcheurs et propriétaires de bateaux coupables. Des sanctions sévères ont été incluses dans la loi révisée sur la pêche approuvée par l’Assemblée nationale le 21 novembre 2017.

En raison du "carton jaune", les exportations vietnamiennes de produits aquatiques vers le marché européen ont chuté de 6% à 10% par an en moyenne.

Deux ans plus tard, en 2019, un comité directeur national sur la prévention de la pêche INN a été mis en place. Les ministères, agences et localités concernés ont effectué une surveillance fréquente des activités de pêche et des campagnes de communication pour sensibiliser les pêcheurs. Les localités ont également construit une base de données sur l’industrie de la pêche. Les campagnes de communication visant à sensibiliser les pêcheurs et les capitaines se sont multipliées ces derniers temps.

Tout récemment, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) a envoyé un document aux présidents des Comités populaires des villes et provinces côtières sur les sanctions sévères contre les violations en la matière. Ces localités doivent achever l’installation de systèmes de surveillance (VMS) sur les bateaux de pêche conformément à l’arrêté N°26 de 2019 du gouvernement, et punir ceux qui ne s’en équipent pas, ne le font pas fonctionner, le désactivent ou le retirent durant leur séjour en mer. Ceux qui fournissent des systèmes de mauvaise qualité seront également punis sévèrement. En plus, il est nécessaire d’organiser des permanences "24 heures sur 24, 7 jours sur 7" pour surveiller les itinéraires des bateaux de pêche et prévenir toute violation éventuelle.

Le gouvernement et le Comité national de direction de la lutte contre la pêche INN ont publié des textes demandant aux autorités des ministères et organes compétents, ainsi que des 28 villes et provinces se partageant les quelque 3.200 km de côtes vietnamiennes de prendre des mesures drastiques contre la pêche INN. Le MARD envoie souvent des équipes de surveillance à divers niveaux pour examiner et diriger les activités de la pêche dans différentes localités.

Le pays a eu de nombreuses discussions et négociations avec la CE sur la mise en œuvre de ses recommandations contre la pêche INN. Ses efforts ont été salués par la CE, qui a apprécié la détermination du gouvernement vietnamien dans l’installation d’équipements de positionnement des bateaux de pêche hauturière… Ces réalisations sont les fruits des efforts des autorités à tous les niveaux, des associations, mais aussi des entreprises et des professionnels concernés. En les poursuivant, le Vietnam s’attend à ce que le “carton jaune” de la CE soit retiré dès que possible.
 
Texte et photos :
Thê Linh-VNA/CVN
 

 

 
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Le vice-PM Vu Duc Dam préside une réunion sur le redémarrage du tourisme Dans l'après-midi du 21 octobre, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a présidé une réunion en ligne avec plusieurs ministères et Comités populaires locaux sur le plan d'accueil de touristes étrangers dans la nouvelle situation.