28/12/2018 13:00
Les négociations entre démocrates et républicains ont échoué jeudi 27 décembre à mettre fin au "shutdown" aux États-Unis. La paralysie partielle des administrations fédérales, qui a mis des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage forcé, va donc se prolonger, au moins jusqu'à la semaine prochaine.
>>Trump insiste sur la construction du mur à la frontière mexicaine
>>Les États-Unis se préparent à un long "shutdown"
>>Pas d'accord budgétaire au Congrès américain, le "shutdown" prolongé au-delà de Noël

Le Washington Monument, le 27 décembre, dans une capitale américaine au ralenti. Photo: AFP/VNA/CVN

Au cœur du blocage depuis six jours: le mur voulu par Donald Trump à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l'immigration clandestine. Le président républicain exige cinq milliards de dollars pour le construire. Les démocrates refusent de le financer, mais ont proposé une enveloppe de plus d'un milliard pour d'autres mesures de sécurité à la frontière. Résultat: une impasse budgétaire. Et tant que les deux partis ne se mettront pas d'accord, les financements de 25% des ministères et administrations fédérales resteront suspendus. Or, personne ne semble prêt à céder.

Faute d'accord de compromis et dans un hémicycle quasi désert, le Sénat américain a donc décidé jeudi 27 décembre à l'unanimité d'ajourner la séance jusqu'à lundi 31 décembre 10h00 (15h00 GMT) et de ne reprendre l'examen d'une loi budgétaire que mercredi 2 janvier, à partir de 16h00 (21h00 GMT).  Les républicains sont majoritaires au Congrès, mais avec 51 sièges au Sénat, ils ont besoin de soutiens démocrates pour atteindre les 60 voix sur 100 nécessaires afin d'approuver le budget. "Ils ont peut-être les 10 votes au Sénat, mais nous avons le thème, la sécurité aux frontières. 2020!", a réagi Donald Trump après l'ajournement, en référence aux prochaines élections présidentielle et parlementaires américaines.

Lui qui avait axé une grande partie de sa campagne en 2016 sur la lutte contre l'immigration accuse les démocrates de vouloir des "frontières ouvertes". L'opposition affirme qu'il a plongé le pays "dans le chaos" pour ce projet de mur, qui n'a pour seul but selon eux de satisfaire les ultra-conservateurs.  Et chaque camp accuse l'autre de refuser de négocier.

Pistes de sortie?

Or, à chaque jour qui passe, la position des démocrates se renforce. Ils prendront le contrôle de la Chambre des représentants dès le 3 janvier, tandis que les républicains auront une majorité renforcée au Sénat (53).

La sortie de crise pourrait au final passer par des nuances de langage et/ou un accord sur une somme moins élevée.  Le gouvernement restera paralysé jusqu'à "ce que nous ayons un mur, une barrière, peu importe comment ils veulent l'appeler", a ainsi déclaré Donald Trump le 25 décembre. Le sort de plusieurs centaines de milliers de sans-papiers arrivés aux États-Unis alors qu'ils étaient encore mineurs, les "Dreamers", pourrait aussi entrer dans la balance.

Jeudi 27 décembre, le président républicain a ainsi évoqué un grand accord budgétaire qui avait capoté au dernier moment en février, et incluait la régularisation de 1,8 million de "Dreamers". Le signe qu'il pourrait être prêt à envisager un accord similaire en échange de son mur? Ce "shutdown" est le troisième de l'année, après janvier (trois jours) et février (quelques heures). Le précédent, en octobre 2013, avait duré 16 jours, loin du record de 21 jours de 1995-96.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

La zone du patrimoine de Huê sera ouverte gratuitement pendant le Têt Pendant les trois jours du Têt du Cochon 2019, soit entre le 5 et 7 février, la visite sera gratuite pour tous les sites qu'abrite l’ancienne Cité impériale de Huê, selon le Centre de préservation des vestiges de l'ancienne Cité impériale de Huê.