14/06/2021 17:11
Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire, a signé dimanche 13 juin au Caire une série d'accords pour le financement de projets de développement en Égypte, à hauteur de 3,8 milliards d'euros.
>>À Gaza, les souvenirs d'oliviers de Napoléon noyés dans le béton du présent
>>L'Égypte reçoit sa première livraison des doses du vaccin d'AstraZeneca

Le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire (gauche), et le ministre des Transports égyptien Kamel el-Wazir, le 13 juin au Caire.
Photo : AF/VNA/CVN

"Avec ces quatre milliards d'euros de financements, l'Égypte devient un partenaire économique stratégique de la France", le "premier (...) en termes d'exposition financière du Trésor", c'est-à-dire celui avec lequel la France a le plus d'engagements financiers, a dit le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, .

Un accord intergouvernemental stipule que la France financera à des "conditions préférentielles" plusieurs projets via des entreprises françaises à hauteur de 1,8 milliard d'euros.

Le premier prévoit la fourniture par Alstom de 55 rames de métro pour la ligne 1 du Caire, pour un total de 800 millions d'euros financés par un prêt du Trésor.

La ligne empruntée par 1,5 million de voyageurs chaque jour possède des rames datant des années 1980.

Le contrat commercial avec le constructeur ferroviaire français sera signé "dans les six mois", selon le ministre.

En outre, ce projet va permettre de conforter 400 emplois en France sur les sites Alstom de Valenciennes (Nord) et Le Creusot (Centre-Est), selon le ministre.

Neuf autres projets sont inclus dans l'accord intergouvernemental, signé aux côtés notamment des ministres égyptiens des Finances, Mohamed Maait, et de la Coopération internationale Rania el-Machat, dans les domaines des transports, de l'énergie ou encore du traitement de l'eau.

Ils incluent notamment des projets de transport ferroviaires à Alexandrie (Nord) et à Assouan (Sud).

Ils seront financés par l'Agence française de développement (AFD) à hauteur d'un milliard d'euros entre 2021 et 2025.

"Excellente nouvelle"

Par ailleurs, une feuille de route a été signée pour parvenir à un accord, notamment sur la mise en oeuvre du projet de construction de la nouvelle ligne 6 du métro cairote.

Selon le ministre, la France est prête à proposer des crédits bancaires garantis par l'État pour un montant de deux milliards d'euros.

Dans une déclaration transmise, Alstom, qui dit employer près de 500 personnes en Égypte, a salué "une excellente nouvelle pour les sites français" du groupe.

Il "pourrait permettre la fourniture par Alstom du matériel pour la ligne 1 avec la fourniture de services de maintenance ainsi que le matériel roulant, la signalisation et les systèmes développement de l'infrastructure de la ligne 6", ajoute le constructeur.

Souvent paralysée par les embouteillages, Le Caire, mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, souffre d'un manque criant de transports en commun sûrs et efficaces.

Le réseau ferré du métro du Caire est doté de trois lignes qui font actuellement l'objet de travaux d'extension, tandis que trois autres sont en projet.

Depuis la construction de la première ligne dans les années 80, à laquelle ont participé des entreprises françaises, dont Alstom, le métro constitue l'un des fleurons de la coopération bilatérale franco-égyptienne.

Début mai, Le Caire avait annoncé l'acquisition de 30 avions de combat Rafale, de missiles et autres équipements auprès de Paris pour un montant de près de 4 milliards d'euros, en s'endettant sur une dizaine d'années à l'aide d'un mécanisme de prêts en grande partie garantis par la France.

Entre le volet militaire et le volet civil, les projets bilatéraux en cours représentent désormais un engagement financier de huit milliards d'euros de la part de la France, selon le ministre.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.