29/08/2018 09:08
Vingt-trois villes et régions, représentant 150 millions d'habitants à travers le monde, se sont engagées mardi 28 août à réduire leur volume de déchets incinérés ou mis en décharge, une autre source d'émissions de gaz à effet de serre.
>>À Paris, le dispositif "parcs et jardins sans tabac"
>>L'ONU appelle à bannir les produits en plastique à usage unique

Une station de séparation des déchets à Washington, le 10 juillet.
Photo: AFP/VNA/CVN

Cinq villes européennes, huit villes américaines, ainsi que la Catalogne, Tokyo, Dubaï, Toronto, Vancouver, Montréal, Sydney ou encore Tel Aviv, ont signé une déclaration commune visant à réduire de 50% d'ici 2030 le volume de déchets mis en décharge et incinérés, et d'augmenter de 70% le taux de récupération (compostage ou recyclage) par rapport à 2015, tout en réduisant de 15% le volume de déchets produits par habitant.

De quoi économiser chaque année, selon les calculs de la coalition C40, 87 millions de tonnes de déchets, qui autrement produiraient des gaz à effet de serre. Les déchets brûlés produisent du CO2 et ceux mis en décharge du méthane. On estime à environ deux milliards de tonnes la production annuelle de déchets municipaux actuellement.

Depuis le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat de 2015, nombre de juridictions américaines locales ont pris le relais du gouvernement fédéral pour tenter de réduire les émissions de carbone. Les États fédérés peuvent agir pour "verdir" leur réseau électrique, mais les pouvoirs des villes sont plus limités. La gestion des déchets est en revanche pleinement de leur ressort.

"Continuer à entasser de plus en plus de déchets dans les décharges n'est pas tenable, c'est pourquoi nous avons créé le plus grand programme de collecte des déchets organiques du pays", a déclaré le maire de New York, Bill de Blasio. Washington, Philadelphie, Portland et San Francisco sont les grandes villes signataires de la déclaration.

Tous ces acteurs, américains et autres, se retrouveront dans deux semaines à San Francisco pour le premier Sommet mondial d'action pour le climat. La maire de Paris, Anne Hidalgo, présidente de la coalition de villes C40 Cities, y participera également.

"Pour réaliser les objectifs les plus ambitieux de l’accord de Paris, il faut transformer de toute urgence chaque aspect de nos modes de vie modernes, notamment concernant ce que nous jetons", a-t-elle déclaré.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.