21/07/2018 17:35
La France et la Russie convoient ensemble vendredi soir 20 juillet de l'aide humanitaire vers la Syrie, à destination d'une enclave opposante reprise par les forces syriennes en avril, un première dans le conflit qui ravage le pays depuis 2011.
>>Une aide humanitaire entre dans les villes reprises par les forces gouvernementales à Dara en Syrie
>>L'Autriche va fournir 4 millions d'euros d'aide humanitaire à la Syrie

Chargement d'aide humanitaire à destination de la Syrie à bord d'un Antonov russe, le 20 juillet à Châteauroux, dans le Centre de la France.
Photo: AFP/VNA/CVN

Un gros porteur Antonov 124 de l'armée russe s'est posé peu avant 20h00 (18h00 GMT) à Châteauroux (Centre de la France) pour charger 50 tonnes de matériel médical et de produits de première nécessité, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place.

Une fois son chargement embarqué, il doit redécoller en fin de soirée vers la base russe de Hmeinim, dans l'Ouest de la Syrie, a-t-on indiqué au ministère français des Affaires étrangères.

Cette opération humanitaire conjointe est une première en Syrie entre la Russie, qui a changé la donne en volant militairement au secours du président Bachar al-Assad en 2015, et un pays occidental.

"Dans le cadre de la résolution 2401 du Conseil de sécurité des Nations unies, ce projet a pour objectif de permettre un meilleur accès de l'aide aux populations civiles", a relevé la présidence française dans un communiqué conjoint franco-russe.

L'aide doit être distribuée dès samedi 21 juillet vers la Ghouta orientale, près de Damas, sous la supervision du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) des Nations unies, a-t-on précisé au Quai d'Orsay.

La France a obtenu des "garanties" de la Russie que le gouvernement syrien ne ferait pas obstruction à l'acheminement, comme il le fait régulièrement avec les convois de l'ONU, et que toute "récupération politique" et tout "détournement" du matériel seraient évités, selon Paris.

Le fret est fourni par la France, d'une valeur de 400.000 euros, la Russie se chargera le transport.
Photo: AFP/VNA/CVN

Paris a fourni le fret, évalué à 400.000 euros, la Russie se chargeant du transport. Pendant trois heures, équipements médicaux, tentes, kits de cuisine et couvertures ont été embarqués dans le ventre béant du cargo.

Le matériel médical (antiobiotiques, matériel de réanimation, perfusions, compresses..) est destiné à 500 blessés lourds et 15.000 blessés légers de la Ghouta orientale.

Après Alep, Homs et la Ghouta, Bachar al-Assad poursuit sa reconquête face aux opposants et jihadistes avec l'aide de la Russie, mais aussi de l'Iran et du Hezbollah libanais.

L'octroi d'une aide française dans des zones sous contrôle du gouvernement pourrait aussi poser question. "Elle doit être dispensée (..) partout sur le territoire syrien sans exception, où le droit international humanitaire doit être pleinement respecté", réplique le communiqué commun.

"En matière humanitaire, nous n'avons jamais décidé qui étaient les bons Syriens, qui étaient les mauvais Syriens", renchérit-on au Quai, en rappelant que le programme d'urgence de 50 millions d'euros annoncé par Emmanuel Macron en avril s'adresse à toute la Syrie.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.